Actualisé

Economie suisseLa situation des entreprises s'assombrit

L'évolution des affaires des entreprises suisses s'est détériorée en avril par rapport au début d'année, ressort-il de l'enquête conjoncturelle du KOF.

Pour le centre de recherches zurichois, le mois d'avril n'a pas été très réjouissant.

Pour le centre de recherches zurichois, le mois d'avril n'a pas été très réjouissant.

Dans l'ensemble, les résultats de l'enquête du Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich présentés lundi suggèrent que l'économie helvétique a quelque peu ralenti dans un premier temps. Mais en dépit de ce ralentissement, les quelques 6000 entreprises interrogées en avril ont plus rarement fait mention de compressions de personnel par rapport au dernier sondage trimestriel réalisé en janvier.

Une nouvelle fois, l'environnement international, en particulier dans le contexte de la crise de la dette et l'évolution à Chypre, est venu peser, a expliqué à Zurich Jan-Egbert Sturm, le directeur du KOF. De plus, le long hiver a freiné les affaires du commerce de détail et de la construction.

La plupart des secteurs dépeignent une évolution des affaires moins favorable, à l'exception de ceux de la construction et des services autres que la banque et l'assurance. Dans l'industrie de transformation, les entreprises exportatrices sont particulièrement mécontentes de leur situation, conséquence de l'affaiblissement de la conjoncture en Europe.

Rentabilité en baisse

En revanche, les entreprises industrielles orientées vers le marché intérieur portent une appréciation plus favorable sur leurs affaires. Reste que les commandes ont globalement faibli et que les réserves de travail deviennent plus fréquemment insuffisantes.

Le taux d'utilisation des machines et équipements disponibles a progressé en termes désaisonnalisés (81,3%), mais ce taux se situe nettement en deçà de la moyenne historique. Côté bénéfices, le repli est de mise, conséquence des baisses de prix consenties ces trois derniers mois.

Sur le front de l'emploi, les projets de réduction de personnel n'ont guère changé, quand bien même les entreprises industrielles jugent leurs effectifs légèrement trop nombreux. Ces dernières demeurent neutres quant à l'évolution de leurs affaires à la lumière de perspectives d'exportation moins favorables qu'auparavant.

Dans le commerce de détail, la situation s'est aussi légèrement assombrie, la fréquentation ayant fléchi par rapport à la même période de l'an passé. Il n'en reste pas moins que les ventes devraient rester stables.

Construction toujours en forme

Si la construction, à l'image du commerce de détail, a ressenti les effets d'un long hiver, ce secteur continue de présenter une situation favorable au niveau de ses affaires. Les commandes ont en effet continué d'affluer durant la saison hivernale et une nette extension des activités est attendue à court terme.

La situation s'est en revanche quelque peu détériorée pour les affaires des banques et assurances, mais les établissements du secteur financier affichent néanmoins leur satisfaction. Certains instituts font néanmoins part du manque de dynamisme dans les transactions avec l'étranger.

Les autres prestataires de services gardent quant à eux le sourire, leurs affaires s'étant encore améliorées le mois passé. Les effectifs sont d'ailleurs toujours jugés insuffisants et les entreprises du secteur se disent plus confiantes qu'auparavant.

L'hôtellerie fait état d'un nouveau léger refroidissement, mais une majorité d'hôteliers juge la situation actuelle moins mauvaise que durant l'ensemble de l'an passé. Les chiffres d'affaires devraient en conséquence se stabiliser. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!