Téhéran: «La situation est hors de contrôle actuellement»
Actualisé

Téhéran«La situation est hors de contrôle actuellement»

Les autorités iraniennes tentent de maîtriser la colère de la foule après les résultats des élections. Une étudiante témoigne.

par
Frédéric Nejad

Au 3e jour de protestation spontanée de la population, le gouvernement iranien a fait face lundi à un véritable raz-de-marée humain dans les rues de la capitale iranienne. Candidat malheureux à l'élection présidentielle du week-end, Mir Hossein Moussavi avait pourtant conseillé à ses partisans de ne pas manifester.

Inscrite à l'Université Allameh Tabatabaei de Téhéran, Violet nous a assuré lundi que de nombreux étudiants avaient fui les campus de peur d'être agressés ou arrêtés. «Certains de mes amis ont préféré passer la nuit dehors, loin des dortoirs, explique l'étudiante de 25 ans. Des miliciens armés qui soutiennent le régime de l'actuel président Ahmadinejad y ont passé à tabac 25 jeunes.»

Autre constat de Violet, le chaos qui s'installe touche aussi les sessions d'examens dans de nombreuses facultés universitaires à travers le pays. «Plusieurs unis ont déjà fermé. J'ai un examen ce mardi mais je ne sais pas encore s'il a lieu, si les professeurs seront là.»

A-t-elle peur? «Non, mais beaucoup de victimes se compteront dans les événements actuels. Nous ne sommes pas tous pour Moussavi, mais nous ne voulons plus de ce régime théocratique.»

Ton opinion