Actualisé 30.06.2014 à 11:39

Zurich«La situation pourrait devenir très dangereuse»

Des salafistes radicaux se réuniraient régulièrement dans une mosquée d'Embrach (ZH). Plusieurs experts, dont des musulmans, pensent que le groupement devrait être surveillé.

von
num/ofu

Pour l'instant, le mouvement islamiste el-Furkan est peu connu en Suisse. Mais, selon des recherches effectuées par «SonntagsBlick», ce groupement de salafistes radicaux se réunit régulièrement depuis plusieurs mois dans une mosquée située dans la zone industrielle d'Embrach (ZH). En Allemagne, el-Furkan fait l'objet d'une enquête du Service de protection de la Constitution.

Elham Manea, politologue à l'institut de sciences politiques de l'Uni de Zurich, est inquiète. «Cette situation est comparable à un cancer. Ces radicaux se propagent d'une manière qui pourrait devenir très dangereuse», a affirmé l'experte à Radio 24. Les adeptes d'el-Furkan doivent être surveillés, estime-t-elle: «Il faut y prêter beaucoup d'attention afin de pouvoir combattre la radicalisation et le danger émanant de ce groupement.» Contacté par «20 Minuten», le président de la commune d'Embrach, Erhard Büchi, a affirmé que ces personnes ne s'étaient encore jamais fait remarquer négativement. «S'il s'agit d'islamistes radicaux, je pense que la police devrait intervenir», ajoute-t-il néanmoins. Le président de l'UDC locale, Daniel Spiess, explique, lui, qu'il souhaite attendre encore un peu avant de prendre des mesures.

Farhad Afshar, président de la Coordination des associations islamiques de Suisse, affirme: «Nous avons constamment des dissidents avec des groupements du genre qui souhaitent augmenter leur influence sur les associations nationales.» Il regrette que ce genre de personnes représentent l'islam de manière politique. «Les services de sécurité suisses devraient les surveiller.» Selon Farhad Afshar, une des raisons de l'apparition d'islamistes radicaux est le manque d'intégration de l'islam en Suisse. L'islam devrait être considéré sur un pied d'égalité avec l'Eglise catholique et l'Eglise réformée.

Selon «SonntagsBlick», certains adeptes d'el-Furkan, qui prient régulièrement dans la mosquée d'Embrach, font également partie de l'organisation radicale «Lies!». Ce groupement, également surveillé par les autorités allemandes, distribue des corans gratuitement dans les rues. Mohamed Salah se trouve à la tête de ce mouvement. Les autorités suisses l'avaient interdit d'entrée en Suisse, en décembre dernier. Il était censé tenir un discours à la conférence annuelle du Conseil central islamique, à Genève.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!