Actualisé 19.12.2014 à 10:03

Commerce

La situation russe plombe les exportations suisses

Le commerce de la Suisse avec la Russie s'est contracté au mois de novembre. Et la chute du rouble, qui a perdu la moitié de sa valeur depuis le début de l'année, ne devrait pas améliorer la situation.

1 / 901
14.04 Les autorités de la péninsule de Crimée annexée en mars 2014 par la Russie ont interdit mercredi l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis.

14.04 Les autorités de la péninsule de Crimée annexée en mars 2014 par la Russie ont interdit mercredi l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis.

Reuters
03.03 Les civils vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk évoquent un «isolement physique, politique, social et économique», relève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein dans son rapport publié ce jeudi à Genève.

03.03 Les civils vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk évoquent un «isolement physique, politique, social et économique», relève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein dans son rapport publié ce jeudi à Genève.

Keystone
20.02 Les Ukrainiens commémorent la répression du Maïdan, survenue il y a deux ans.

20.02 Les Ukrainiens commémorent la répression du Maïdan, survenue il y a deux ans.

epa/Roman Pilipey

Les exportations avec la Russie ont diminué de 36% en novembre par rapport au même mois de l'année précédente, selon les chiffres publiés jeudi par l'Administration fédérale des douanes (AFD).

A cette période, les ventes avec le pays slave ont atteint à peine 255 millions de francs. «Il faut toutefois relever que novembre 2013 a battu tous les records de l'année précédente, avec 397 millions de francs», note Sébastien Dupré, chef de la section statistique à l'AFD, contacté par l'ats.

Les principaux produits exportés affichent tous une baisse marquée. Le poids lourd de l'export, la chimie-pharmacie subit une chute importante (-51%), suivie de l'horlogerie (-34%) et des machines (-25%). Ces trois groupes de produits représentent environ 70% des exportations vers l'ancienne république soviétique.

Pétrole et rouble en chute libre

«Le recul est à mettre en relation avec les tensions politiques en Europe de l'Est et la chute des prix du pétrole», explique Bruno Parnisari, chef du secteur conjoncture au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

La Suisse n'est pas concernée par les sanctions européennes imposées à la Russie. «Mais les entreprises helvétiques qui passent par l'Europe pour écouler leurs produits dans le pays slave sont indirectement touchées», souligne Philippe Cordonier, responsable pour la Suisse romande de l'association faîtière de l'industrie des machines Swissmem.

Avec la chute du rouble, qui a perdu 9,5% de sa valeur lundi et 7% mardi, la situation ne devrait guère s'améliorer. «Elle est préoccupante», estime Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH).

«Pour l'heure, la chute de la monnaie russe ne se fait pas encore sentir dans l'industrie des machines», indique Philippe Cordonier. Même son de cloche du côté de l'industrie pharmaceutique.

Le problème reste difficile à cerner quant à ses implications futures. Une chose est certaine, le pouvoir d'achat des Russes souffrira de l'effondrement du rouble, explique Jean-Daniel Pasche.

«Il est vrai que ces dernières semaines, les risques de crise monétaire se sont accrus même s'il est trop tôt pour évaluer leurs conséquences à plus long terme sur l'économie suisse», informe Bruno Parnisari.

Part minime du gâteau

Pour l'Administration fédérale des douanes, il convient de relativiser la situation. «Il ne s'agit que d'un mois isolé et il faudrait observer les variations sur une plus grande période», conseille le chef de la section statistique.

En novembre, le commerce avec le pays slave représentait 1,4% de l'ensemble des exportations helvétiques, un chiffre stable depuis le début de l'année, soit une part minime du gâteau des ventes en direction de l'étranger. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!