Genève – La situation sanitaire se détériore au bout du lac
Publié

GenèveLa situation sanitaire se détériore au bout du lac

Les cas positifs de Covid sont en claire hausse, a informé l’Etat. Pour l’heure, la situation dans les hôpitaux reste cependant stable.

par
David Ramseyer
La Dr. Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise, et Adrien Bron, directeur de la Santé.

La Dr. Aglaé Tardin, médecin cantonale genevoise, et Adrien Bron, directeur de la Santé.

dra

Le nombre de personnes infectées par le Covid connaît une «hausse marquée»: dernièrement, le canton a enregistré entre 200 et 250 nouveaux cas par jour, ont indiqué vendredi les autorités sanitaires genevoises. «Même si la situation reste pour l’heure stable au sein du dispositif hospitalier, nous sommes inquiets pour la suite.» Le système de traçage des infections est par contre «sous tension». La médecin cantonale Aglaé Tardin a notamment pointé du doigt les quelque 20% de personnes qui ne répondent pas aux messages ou aux appels lors des enquêtes d’entourage. Un phénomène qui permet à la maladie de davantage se propager.

Utiliser les moyens de lutte

De manière générale, la transmission du virus s’accélère, selon la responsable médicale; mais pas autant que dans d’autres cantons, comme le Valais. «Il faut néanmoins continuer à utiliser les moyens à disposition pour lutter contre la pandémie, nous n’en avons pas d’autres», a plaidé Aglaé Tardin. Il y a les vaccins, en premier lieu, «qui ne protègent jamais tout le monde à 100%, mais qui de manière générale freinent la maladie de manière très importante et durablement». Le taux actuel de vaccination reste en dessous des objectifs fixés par la Confédération. «Il faut aussi continuer à se laver les mains, à porter le masque, à limiter les contacts ou encore à aérer régulièrement les pièces», a martelé l’experte.

Sur le front vaccinal, justement, les autorités sanitaires ont tout de même quelques motifs de satisfaction à faire valoir. Même si la récente opération de la Confédération a connu un succès tout relatif, Genève a enregistré récemment une hausse nette chez les 12-16 ans. «Il faut également noter que les 15-19 ans sont aujourd’hui autant vaccinés que les 20-24 ans», s’est félicitée Nathalie Vernaz-Hegi, pharmacienne cantonale. De quoi pour l’heure ne pas planifier un retour du masque dans les écoles, a précisé le Canton.

3e dose à succès

Par ailleurs, les injections de «booster» – la 3e dose de vaccin – marchent bien auprès des plus de 65 ans, seule tranche de population aujourd’hui désignée pour en recevoir (ndlr: pour l’instant, Genève n’a pas donné de précisions sur une éventuelle extension de l'âge des personnes susceptibles d’être concernées par la mesure). Un tiers des retraités ont déjà reçu leur booster, ou se sont déjà inscrits pour l’avoir. «Il y a des places disponibles , même sans rendez-vous», a rappelé Adrien Bron, directeur de la Santé.

Certificats frauduleux révoqués

Les détenteurs de faux pass Covid, achetés au bout du lac, ne peuvent plus les utiliser: les sésames ont été révoqués jeudi, a annoncé Adrien Bron. Cette mesure a pris un certain temps à se concrétiser, alors que la découverte du trafic remonte à plusieurs semaines. «Il a fallu remonter la filière et prendre en compte plusieurs éléments techniques pour annuler ces documents. Jusqu’alors, leurs détenteurs ont pu les présenter lors de contrôles», a admis le haut fonctionnaire. Le 8 octobre dernier, le ministère public avait dévoilé l’existence d’un réseau de revente de certificats falsifiés. Il s’agissait de documents authentiques, mais délivrés à des personnes en réalité non vaccinées. Cinq personnes sont prévenues dans ce dossier, dont trois astreints de la protection civile qui opéraient au centre de vaccination de la clinique des Grangettes. Selon la RTS, quelque 400 sésames auraient été vendus, pour un bénéfice global de plus de 120'000 francs.

Ton opinion

382 commentaires