Médias: La SSR maintient les 250 suppressions de postes
Actualisé

MédiasLa SSR maintient les 250 suppressions de postes

Malgré des propositions des employés et du Syndicat suisse des mass médias (SSM), les dirigeants de la SSR ne reviennent pas sur leur décision.

La direction de la SSR maintient les 250 licenciements.

La direction de la SSR maintient les 250 licenciements.

En plus de la confirmation des quelque 250 suppressions de postes, le Comité de direction de la SSR annonce aussi un gel des salaires pour 2016.

Le Comité de direction de la SSR s'est penché avec intérêt sur ses propositions alternatives, a indiqué le porte-parole de la SSR Daniel Steiner. Parmi celles-ci figuraient des coupes dans l'offre des programmes, des défraiements moins élevés et une réduction solidaire du taux d'activité.

Plusieurs idées ont été reprises ou seront retravaillées, souligne le Comité de direction dans un communiqué diffusé mardi. Mais certaines propositions n'ont pas convaincu les dirigeants. Leur mise en oeuvre «entraînerait des frais considérables, voire un surcroît de dépenses». D'autres mesures se signalent par un «potentiel d'économies trop aléatoire».

Economies de 40 millions

La SSR est par ailleurs liée par les contrats en cours et tenue de respecter les obligations en matière de droit du travail, note le Comité de direction.

Pour mémoire, la SSR a annoncé en octobre qu'elle devra économiser 40 millions de francs par an dès 2016 sur un budget de 1,6 milliard. Selon l'entreprise, ce programme d'économies est la conséquence de l'arrêt du Tribunal fédéral sur la TVA et de l'augmentation de la part de la redevance dévolue aux radios et télévisions régionales.

Les mesures d'économies concerneront en priorité l'administration, l'informatique et la production. Mais des coupes dans le programme sont inévitables. En Suisse romande, 74 postes devraient être supprimés à la RTS.

Durcissement du ton

En réponse, les employés ont adopté il y a deux semaines environ un manifeste dans lequel ils rappellent «que le personnel de la SSR est le capital le plus précieux de l'entreprise». Ils ont également mandaté à l'unanimité le syndicat pour durcir le mouvement en cas de licenciements économiques.

Par ailleurs, la SSR et le SSM sont convenus d'un gel des salaires en 2016 afin de ne pas dépasser les 250 suppressions de postes.

Enfin, la SSR et le tpc, filiale de la SRF, sont parvenus à un accord avec le SSM et l'Association des cadres sur un nouveau plan social. Ce dernier entre en vigueur avec effet immédiat et restera valable jusqu'au 31 décembre 2018. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion