Médias: La SSR prévoit un bénéfice pour 2011
Actualisé

MédiasLa SSR prévoit un bénéfice pour 2011

La Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) prévoit de renouer avec les chiffres noirs cette année, après cinq ans de déficit.

Le nouveau patron de la SSR, Roger de Weck, évoque le budget 2011 dans un éclairage publié mardi par «Le Temps» et la «Neue Zürcher Zeitung».

«Pour autant que ne ressurgisse pas la crise économique, c'est un but ambitieux, mais atteignable», a précisé Roger de Weck. Les grands groupes médias européens et les géants mondiaux Apple et Google ne cessent de progresser, a-t-il par ailleurs relevé. «Dans ce contexte, la SSR est gardienne d'une offre spécifique suisse».

Le déficit enregistré à fin 2009 a totalisé 166,8 millions de francs, avait communiqué la SSR l'année passée. En avril 2010, la société avait indiqué compter avec des pertes à hauteur de 75 millions pour 2010 et 42 millions pour 2011.

Pour remédier aux chiffres rouges, un programme d'économies a été mis en place. Il a pour but de réduire les dépenses de 58 millions. La société escompte par ailleurs davantage de revenus publicitaires.

«Convivialité helvétique»

La SSR, institution vouée à la cohésion nationale, «contribue à la convivialité helvétique», relève par ailleurs son patron. Il compte donc renforcer la collaboration entre les programmes des différentes régions. Il est en outre prévu que chaque espace linguistique informe davantage sur le reste du pays.

«Le son, l'image et le texte migrent en partie vers l'Internet», constate encore Roger de Weck. En conséquence, la SSR développera son offre en ligne: en diffusant des émissions et en les enrichissant avec des informations de fond.

Mais la société n'oublie pas son devoir de divertissement. «Figurez-vous que même la Constitution suisse invite la SSR à divertir le public!», rappelle M. de Weck. (ats)

Ton opinion