Football-Baseball: La star déchue se recycle dans le baseball
Actualisé

Football-BaseballLa star déchue se recycle dans le baseball

Tim Tebow a une histoire sinueuse. L'ancien premier tour de draft des Denver Broncos a été engagé dans une ligue mineure de baseball. Retour sur un come-back à l'américaine.

par
Robin Carrel
1 / 4
En NCAA déjà, Tim Tebow avait imposé sa marque de fabrique.

En NCAA déjà, Tim Tebow avait imposé sa marque de fabrique.

AP/Bill Haber
Alec Baldwin en personne s'était mis au Tebowing.

Alec Baldwin en personne s'était mis au Tebowing.

AP/Marcio Sanchez
Tim Tebow lui-même a corrigé la position du Tebowing d'Alec Badwin.

Tim Tebow lui-même a corrigé la position du Tebowing d'Alec Badwin.

AP/Marcio Sanchez

La carrière de Tim Tebow commence comme dans un rêve américain. Beau gosse, très religieux – il est chrétien évangéliste et l'a très souvent revendiqué dans les médias –, le natif de Manille, aux Philippines, connaît une carrière universitaire exceptionnelle, en tant que quarterback des Florida Gators, en NCAA. Il passe, met des touchdowns à la course et remporte un nombre impressionnant de trophées. C'est donc logiquement qu'il est repêché dès le 1er tour de la draft en 2010 (25e rang), par les Broncos de Denver.

Ses débuts en NFL se passent tranquillement. Il obtient une première titularisation en fin de saison, en raison de la blessure du titulaire Kyle Orton et du fait que sa franchise ne se batte plus pour une éventuelle participation aux play-off. Tebow y brille et se place pour la suite. Le début d'exercice raté de son titulaire le propulsera sur le devant de la scène. Il s'y accrochera avec succès. Pendant un temps du moins...

Mode du «Tebowing»

Ses vrais débuts, lors de la 7e journée de la saison 2011, vont contribuer à lancer sa «légende». Les Miami Dolphins mènent 15-0 à 3 minutes de la fin? Il lance deux passes de touchdown et permet aux siens d'égaliser. Les Broncos finiront par s'imposer 18-15 en prolongation. Si ses statistiques restent dans la moyenne, il parvient toujours à se sublimer dans les derniers instants et à emmener les siens vers la victoire. Débute alors une incroyable «Tebow Mania» à travers les Etats-Unis et la mode du «tebowing» (voir diaporama ci-dessus) va envahir le pays.

C'est toutefois le début de la fin pour l'homme de 1m91 pour plus de 110 kg. Car, dans la foulée, Denver souhaite s'attacher les services de l'immense star Peyton Manning. Tebow est donc échangé aux Jets de New York et son arrivée en avion privé du côté de la Grosse Pomme est un vrai événement au pays, diffusé à grand renfort de directs en hélicoptère par les «networks» spécialisés. Il est pourtant vite rétrogradé comme 3e quarterback et sera libéré en fin de saison.

Page tournée à 29 ans

Depuis, l'ancien étudiant des Gators de la Floride n'a plus jamais foulé un terrain de NFL en saison régulière. Les Philadelphia Eagles l'avaient bien mis à l'essai il y a un an, mais avaient fini par le libérer après quatre parties de présaison. Entre-temps, Tebow a notamment meublé son quotidien en devenant analyste pour ESPN lors des matches de collège. Son échec dans «son» sport consommé, il a choisi, à 29 ans, de tourner la page.

Ancien bon joueur de baseball quand il était junior, il a invité voilà un mois les franchises de MLB, la ligue nord-américaine de la spécialité, à le mettre à l'essai en vue d'un éventuel engagement. Les Los Angeles Dodgers se montreront intéressés à lui, tout comme deux formations de ligue mineure ainsi qu'une équipe… du Venezuela.

Un contrat quand même

Le 30 août, il s'est produit devant une quarantaine de recruteurs et des journalistes. Pour un résultat plutôt mitigé. S'il a parcouru 60 yards (54m86) en 6''70, il a montré de nombreuses lacunes à la batte. «Il a été OK… Meilleur que ce à quoi je m'attendais, pour un gars qui n'a plus joué à ce sport depuis si longtemps, a indiqué un recruteur professionnel dans les colonnes de «USA Today». C'est un grand type, mais qui peut courir vite et il est impressionnant de puissance. Même si j'aurais aimé qu'il parvienne à mieux traduire ça sur le terrain.»

Il finira tout de même par convaincre les «scouts» des New York Mets, qui lui ont fait signer en cette fin de semaine un contrat valable pour évoluer dans une division inférieure. Le début d'une nouvelle carrière, voire d'une autre folie comme seuls les Etats-Unis savent les produire? Rien n'est moins sûr, même si Hollywood doit forcément scruter ce retour médiatique avec une attention soutenue.

Ton opinion