Mondial de hockey: La Suède inflige une correction aux Suisses

Actualisé

Mondial de hockeyLa Suède inflige une correction aux Suisses

L'équipe de Suisse a été largement dominée mardi soir à Mannheim par la Suède (0-5) pour son dernier match du tour intermédiaire du championnat du monde.

Dominée dans tous les compartiments du jeu, la formation de Sean Simpson se frottera ainsi à l'Allemagne en quart de finale, jeudi à Mannheim (20h15/TSR2).

Depuis le début de ce championnat du monde, jamais la Suisse n'avait été autant asphyxiée par son adversaire. Soutenant sans cesse la comparaison avec le Canada ou la République tchèque, elle a cette fois-ci semblé militer dans une catégorie inférieure face à l'équipe de Bengt-Ake Gustafsson. Le système défensif mis en place par l'ancien bras droit de Ralph Krueger a parfaitement su museler la vitesse d'une formation helvétique qui semble de moins en moins en jambes au fil des sorties.

Solidité suédoise

Pour ce match, le jeune Jacob Markstrom (20 ans) a été titularisé devant le filet. Le portier de Brynäs a su rester concentré malgré le peu de travail à effectuer. Durant les deux premières périodes, il n'a eu qu'une dizaine de lancers à parer, la Suisse ne se créant que deux réelles occasions de buts. Jenni (8e) et Déruns (39e) se présentaient tour à tour devant le dernier rempart suédois. Sans succès.

Tobias Stephan a pour sa part vécu une soirée moins agréable. Comme ses coéquipiers, il a été pris à froid par une action merveilleuse de l'intenable duo Pääjärvi-Svensson - Martensson. Après une bourde de Julien Vauclair, le jeune joueur de Timra s'est retrouvé seul devant le but vide, grâce à un travail préparatoire parfait de Martensson. Par la suite, le portier de Genève-Servette n'a strictement rien pu faire face à la déferlante suédoise.

Les joueurs de Sean Simpson avaient malgré tout pu garder leurs adversaires «en joug» durant une première période où ils n'ont presque pas vu le puck. Dès l'entame du deuxième tiers-temps, Johan Harju n'a eu besoin que de 48'' pour permettre à sa formation de faire le break. Trois minutes plus tard, le géant Victor Hedman marquait un troisième but sonnant le glas des espoirs suisses.

Danger allemand

La Suisse participera aux quarts de finale après un bon début de tournoi, malgré deux défaites consécutives embarrassantes face à la Norvège puis contre la Suède. En cas de victoire, les joueurs à croix blanche auraient affronté le Danemark, formation la moins dangereuse dans ces quarts de finale. Après ce revers fâcheux, ce sera donc l'Allemagne qui se dressera sur sa route, dans une SAP Arena de Mannheim toute acquise à sa cause. Avec deux joueurs de NHL dans son contingent, l'hôte de la compétition n'a rien d'un adversaire plaisant. Bien au contraire.

Pourtant, la Suisse entamera ce duel éliminatoire dans la peau du favori. Historiquement cantonnée au rôle de valeureux adversaire condamné à la défaite, la sélection nationale devra cette fois-ci imposer son statut face à une très coriace équipe allemande qui profite pleinement de l'avantage d'évoluer devant ses supporters. La dernière fois que les Helvètes étaient favoris d'un quart de finale, c'était en 1992 à Prague. A cette époque, l'équipe entraînée par le duo Gilligan-Slettvoll s'était imposée 3-1 face à l'Allemagne. (si)

Ordre des quarts de finale (jeudi): Suisse - Allemagne (20h15)

Ordre des quarts de finale (jeudi): Suisse - Allemagne (20h15)

Ordre des quarts de finale (jeudi): Suisse - Allemagne (20h15)

Suède - Danemark (16h15)

Russie - Canada (16h15)

Finlande - République tchèque (20h15)

Suisse - Suède 0-5 (0-1 0-2 0-2)

Mannheim, SAP Arena. 5757 spectateurs. Arbitres: Baluska/Laaksonen (Slq/Fin); Dedioulia/Valach (Bié/Slq). Buts: 4e Pääjärvi Svensson (Martensson) 0-1. 21e (20'48'') Harju (Karlsson, Ericsson) 0-2. 24e Hedman (Martensson/pénalité différée) 0-3. 44e (43'53'') Pettersson (Ericsson) 0-4. 45e (44'41'') Martensson (Nilson, Pääjärvi Svenssson) 0-5.

Pénalités: 2 x 2' contre chaque équipe.

Suisse: Stephan; Seger, Vauclair; Bezina, Hirschi; Du Bois, Josi; Helbling; Déruns, Plüss, Rüthemann; Lemm, Savary, Romy; Brunner, Ambühl, Monnet; Duca, Trachsler, Jenni; Christen.

Suède: Markstrom; Hedman, Johansson; Ericsson, Karlsson; Edman Larsson, Backman; Lindström, Gunnarsson; Nilson, Martensson; Pääjärvi Svensson; Andersson, Persson, Backlund; Engqvist, Harju, Omark; Pettersson, Wallin, Nylander.

Notes: la Suisse sans Manzato, Geering, Niederreiter ni Back (surnuméraires). Temps mort: Suisse (24e). Tir sur le poteau: Persson (22e).

Ton opinion