Coupe du monde: La Suisse a finalement craqué contre le Brésil

Publié

Qatar 2022La Suisse a fini par craquer contre le Brésil

Malgré sa solidarité affichée durant toute la rencontre, l’équipe nationale s’incline 1-0 contre le Brésil pour son deuxième match de Coupe du monde.

par
Valentin Schnorhk
(Doha)

Ce petit exploit n’était pas loin. Murat Yakin et l’équipe de Suisse l’auraient revendiqué: sans ce but de Casemiro à la 83e minute de jeu, ils auraient tenu en échec ce Brésil-là et sa constellation de stars lundi au Stade 974 de Doha. Mais voilà, une combinaison bien jouée entre Vinicius et Rodrygo a permis au milieu de Manchester United de réaliser une très belle reprise de volée laissant impuissant Yann Sommer.

Casemiro a marqué le seul but de la rencontre.

Casemiro a marqué le seul but de la rencontre.

AFP

Cette défaite 1-0 ne change pas fondamentalement les choses: un match nul contre la Serbie vendredi devrait envoyer l’équipe nationale en 8es de finale de cette Coupe du monde. À condition que le Cameroun ne batte pas le Brésil dans le même temps.

Ces calculs-là auront forcément cours ces prochains jours. Ils auraient aussi été lancés en cas de match nul. D’une certaine manière, la Suisse le savait: lundi, c’est en premier lieu ce qu’elle visait. Elle n’a pourtant pas eu besoin de proclamer des intentions pour qu’elles soient manifestes. Il y avait dans cette équipe de Suisse une volonté nette de maîtriser le match, défensivement parlant.

Ce sont des éléments qui ne trompent pas: le 4-4-2 médian et compact, où les velléités de pressing n’ont jamais existé; les côtés à chaque fois doublés par les retours précieux de Rieder à gauche (titularisé par mesure de précaution à la place d’un Xherdan Shaqiri légèrement touché) et Vargas à droite, pour aider leurs latéraux; les pertes de temps sur les coups de pied arrêtés; ou encore la volonté de maîtriser les séquences de possession en ne partant pas à l’abordage.

Un peu plus de folie n’aurait pas fait de mal

C’était un plan. Il était légitime face à ce Brésil-là. Même si ce dernier, à être privé de Neymar, manquait de ce soupçon de déséquilibre sur une touche de balle. Cela ne l’a pas empêché d’être dangereux, à l’instar de cette grosse opportunité pour Vinicius, sur un centre au deuxième poteau de Raphinha à la 27e minute, que Yann Sommer stoppait bien.

Le portier suisse, plus rassurant que contre le Cameroun, captait aussi bien la tentative lointaine du même Raphinha quelques minutes plus tard. La Seleçao a aussi poussé en deuxième période, avec notamment un but de Vinicius annulé par la VAR pour un hors-jeu préalable de Richarlison.

Peut-on en vouloir à Murat Yakin? Pas forcément: si un match l’autorisait à penser son équipe par l’équilibre et la compacité, c’était bien celui-ci. Même si un peu plus de folie et de touche technique n’auraient pas fait de mal pour l’un ou l’autre de ces décalages qui, qui sait, auraient pu tout changer.

Les incursions helvétiques n’auront été rien de plus que des situations plutôt que des occasions: quelques corners obtenus, des courses de Vargas ou encore ce dernier qui ne pouvait pas reprendre ce centre de Rodriguez (39e). Et il ne faut pas oublier le début de deuxième période, quand Djibril Sow s’est plusieurs fois trouvé en position avantageuse. Mais trop souvent, les tentatives suisses ont été contrées.

Un regret, sans doute. Parce qu’avec cette défaite, la Suisse ne peut pas même pas tirer une certaine fierté. Tout juste peut-elle se satisfaire d’avoir limité la casse. Cela pourrait aussi compter dans les calculs, au final.

Brésil - Suisse 1-0 (0-0)

Stade 974. 43’649 spectateurs. Arbitre: M. Barton (Sal).

Buts: 83e Casemiro 1-0.

Bréil: Alisson; Eder Militão, Marquinhos, Alex Sandro (86e Alex Telles); Fred (58e Guimarães), Casemiro; Raphinha (73e Antony), Lucas Paqueta (46e Rodrygo), Vinicius; Richarlison (73e Gabriel Jesus).Sélectionneur: Tite.

Suisse: Sommer; Widmer (86e Frei), Akanji, Elvedi, Rodriguez; Freuler, Xhaka; Rieder (58e Steffen), Sow (75e Aebischer), Vargas (58e Fernandes); Embolo (75e Seferovic).Sélectionneur: Murat Yakin.
Avertissements: 50e Rieder. 52e Fred.

Notes: Le Brésil sans Danilo et Neymar (blessés). La Suisse sans Okafor (blessé).

Ton opinion

177 commentaires