Agriculture: La Suisse a perdu 969 exploitations en un an
Actualisé

AgricultureLa Suisse a perdu 969 exploitations en un an

Les exploitations agricoles de taille moyenne trinquent, en Suisse. En un an, près d'un millier de train de ferme a fermé. Le bio n'échappe pas à ce recul.

Les exploitations agricoles de taille moyenne souffrent.

Les exploitations agricoles de taille moyenne souffrent.

Le nombre d'exploitations agricoles continue de baisser. La Suisse en comptait, en 2010, 969 de moins qu'un an auparavant. Le phénomène frappe avant tout les propriétés de taille moyenne, selon les chiffres publiés mardi par l'Office fédéral de la statistique.

En 2010, la Suisse comptait 59'065 exploitations agricoles, soit une baisse de 1,6% en un an. Le nombre d'emplois est aussi en recul (67'462, -1,4%). Les exploitations d'une surface agricole utile entre 3 et 20 hectares sont surtout frappées: elles ne sont plus que 31'960 (-1050).

Les plus petites et les plus grandes sont en revanche plus nombreuses, respectivement de 9 unités (à 6659) et de 72 unités (20'446 en 2010). Près de 59% des exploitations se trouvent en plaine contre 41,3% en montagne.

Bio à la traîne

Les sites de production biologique sont aussi en recul. On en dénombrait 5659 en 2010 (-2,1%). Ils sont très inégalement répartis sur le territoire: 43,2% se trouvent aux Grisons ou à Berne. Les six cantons romands n'en totalisent que 12%. Ces exploitations sont souvent (68,6%) situées en montagne.

La surface agricole utile exploitée est également moins importante: 1,051 million d'hectares (-0,4%). Un peu plus de 61% des terrains se trouvaient en plaine. Berne et Vaud se taillent la part du lion (28,5% ensemble).

La majeure partie (70,7%) de la surface utile est dédiée à l'exploitation herbagère. Suivent Les «terres ouvertes» (céréales, pommes de terre, culture maraîchère) avec 25,9%. Les «cultures pérennes» (vigne et fruits) ne représente que 2,2%.

Cheptels plus compacts et diversifiés

Les cheptels bovin et porcin constituent la majeure partie du bétail. Ils sont restés relativement stables avec un total de 1,6 million de têtes chacun. La quantité de volailles a augmenté pour dépasser les 9 millions. Les exploitations disposent de troupeaux toujours plus grands.

Les effectifs moyens de volaille ont presque doublé depuis 2000 pour atteindre 647 animaux par unité. Le cheptel porcin a passé de 98 à 180 têtes par exploitation. Autre tendance: la diversification. Les fermes suisses accueillent désormais 6100 alpagas et autres lamas, soit une hausse de 5084 en dix ans de ces animaux exotiques. L'effectif des daims a doublé à 11'100.

(ats)

Ton opinion