Cyclisme: La Suisse accueillera le Tour de France trois jours
Actualisé

CyclismeLa Suisse accueillera le Tour de France trois jours

L'édition 2016 arrivera lundi 18 juillet en Suisse, les coureurs atteindront en soirée la ville-étape de Berne.

La Suisse accueillera le Tour de France durant trois jours cet été. Pour la première fois en 103 ans, la Grande boucle fera une halte dans la ville fédérale. Elle vivra ensuite une étape alpine avec une arrivée à Finhaut-Emosson (VS), à près de 2000 mètres d'altitude.

Le Tour de France est considéré comme le troisième événement sportif du monde, derrière les Jeux olympiques et les Championnats du monde de football, ont indiqué les organisateurs dans un communiqué lundi. L'édition 2016 arrivera lundi 18 juillet en Suisse, les coureurs atteindront en soirée la ville-étape de Berne.

Pour y parvenir, ils auront d'abord franchi le Jura français, le Val-de-Travers (NE), Neuchâtel, Anet (BE), Chiètres (FR) et Köniz (BE) jusqu'à l'arrivée devant le Stade de Suisse, à Berne. Mardi 19 juillet sera une journée de repos, avant la première étape dans les Alpes jusqu'à Finhaut-Emosson, en Valais, le lendemain.

Berne sur son trente-et-un

Le président du comité d'organisation et maire de Berne, Alexander Tschäppät et le directeur bernois de l'économie publique Andreas Rickenbacher se réjouissent du passage du Tour de France dans leur ville et canton: «C'est une occasion unique de présenter le canton de Berne et la ville fédérale comme une destination touristique où la pratique du vélo est aisée et agréable.»

Le Valais n'est pas en reste. Pour le conseiller d'Etat valaisan en charge de l'économie, Jean-Michel Cina, «le passage du Tour de France en Valais permettra à environ 3,5 milliards de téléspectateurs de suivre les coureurs, qui grimperont du Rhône au barrage d'Emosson, face au Mont-Blanc.»

Une telle étape devrait assurer des retombées économiques directes sur le territoire, estimées à environ 2,5 millions de francs, selon des statistiques du Tour de France.

Première étape alpine 100% helvétique

Avant les grandes étapes de montagne de la troisième semaine, les coureurs franchiront les 206 kilomètres de la 16e étape à travers le Jura, dont 102 km en Suisse. Les sprinters devront faire exploser le peloton à partir de Mühleberg (BE) et Frauenkappelen (BE) , alors que le Palais fédéral sera déjà en point de mire.

Une dernière montée très raide les conduira du quartier de la Matte, au bord de l'Aar, au Stade de Suisse. Pendant trois jours le Stade de Suisse et les bâtiments de Bernexpo seront investis par la caravane du Tour, un secteur VIP, le village pour les fans, le centre médias ainsi que divers studios des chaînes de télévision.

Repos avant les Alpes

Après une journée de repos à Berne, les 198 coureurs attendus reprendront la route le 20 juillet. Le départ sera donné peu avant midi de la commune bernoise de Kehrsatz, près de Berne, pour une étape de 184 km en direction du Valais via la vallée de la Gürbe, le Simmental et le Col des Mosses (VD).

A Martigny (VS) démarrent les 1100 m de dénivelé jusqu«au col de la Forclaz, avant un final de Finhaut au barrage d'Emosson, à près de 2000 mètres d«altitude.

Cette arrivée sera certainement la plus technique de l'édition 2016 du Tour de France avec deux cols hors catégorie dans les 32 derniers kilomètres. La 17e étape du Tour se déroulera donc entièrement sur territoire helvétique.

Le Tour pour la 10e fois en Suisse

Au cours des 40 dernières années, le Tour de France a fait incursion à plusieurs reprises en Suisse. Bâle (1982), Crans-Montana (1984), Genève (1990), Fribourg (1997), Neuchâtel/La Chaux-de-Fonds (1998), Lausanne (1978 et 2000), Verbier (2009) et Porrentruy (2012) ont déjà accueilli les cyclistes de la Grande Boucle.

Les deux derniers passages en Suisse avaient marqué les esprits. A Verbier, les inscriptions des supporters sur la route sont longtemps restées visibles. A Porrentruy, les organisateurs avaient couplé au Tour de France un mini-festival rock et sa traditionnelle fête de la bière, ce qui avait drainé les foules dans les rues de la Cité des Princes-Evêques. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion