Actualisé 15.06.2010 à 09:07

Mondial 2010 - Nati

La Suisse au pied de la montagne

Affronter la meilleure équipe du monde dans un stade fantastique: tel est le défi exaltant qui attend la Suisse ce mercredi à Durban face à l'Espagne.

Ottmar Hittzfeld et ses joueurs entreront en lice mercredi à 16h. (Photo: Keystone)

Ottmar Hittzfeld et ses joueurs entreront en lice mercredi à 16h. (Photo: Keystone)

Championne d'Europe en titre, la Roja aborde cette Coupe du monde dans la peau du grandissime favori. La sélection de Vicente del Bosque présente un bilan extraordinaire avant d'engager le fer: une défaite lors de ses quarante-huit derniers matches, ce revers 2-0 concédé le 24 juin 2009 à Bloemfontein devant les Etats-Unis en demi-finale de la Coupe des Confédérations.

Une autre statistique fait peur. En dix-huit rencontres, jamais la Suisse ne s'est imposée devant la Roja pour un bilan presque consternant avec quinze défaites et trois nuls. Le dernier match entre les deux formations avait déjà pour cadre une Coupe du monde, celle de 1994 aux Etats-Unis où l'Espagne, avec une défense commandée par l'oncle de Rafael Nadal, s'était imposée 3-0 devant la Suisse en huitième de finale à Washington.

Seize ans plus tard, l'écart qui sépare les deux formations semble encore plus marquant. Face à une équipe qui joue comme le FC Barcelone, la Suisse n'offre pas beaucoup de raisons de croire en elle. Elle jouera sans son buteur Alex Frei et sans son meilleur joueur, Valon Behrami, tous deux préservés pour le match de lundi contre le Chili. Depuis deux ans, elle n'a livré qu'une seule performance vraiment convaincante, le 15 octobre 2008 au Pirée où elle avait battu la Grèce 2-1 grâce à un penalty de Frei - provoqué par Behrami - et une réussite de Nkufo.

Dans un stade qui s'apparente à un énorme coquillage posé sur les bords de l'océan indien, Ottmar Hitzfeld sera sans doute tenté d'ériger une sorte de bunker. Le 4-1-4-1 qu'il s'apprête pour la première fois à déployer sera avant tout un dispositif bâti pour défendre. Devant Huggel, la sentinelle de la défense, il comptera sur Schwegler et Fernandes pour limiter le rayon d'action de Xavi, le maître à jouer de la Roja.

(si)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!