Secret bancaire: La Suisse au sommet des pays les plus opaques
Actualisé

Secret bancaireLa Suisse au sommet des pays les plus opaques

Une ONG a publié mardi son classement mondial sur l'opacité financière. Suisse, Etats-Unis et îles Caïman occupent les trois premières places.

Sur une échelle de 100, la Suisse comptabilise 76 points.

Sur une échelle de 100, la Suisse comptabilise 76 points.

Keystone

La Suisse reste le pays financièrement le plus opaque sur le globe, selon l'organisation non-gouvernementale Tax Justice Network (TJN), qui publie mardi son classement mondial sur le secret bancaire. Cet indice classe 112 Etats à travers le globe.

Les Etats-Unis, qui étaient encore classés au 6e rang en 2013, occupent désormais la deuxième place. Les îles Caïman sont à la troisième place du podium devant Hong Kong, Singapour, le Luxembourg, l'Allemagne et Taïwan. La Slovénie ferme le ban, considéré comme le pays le plus transparent, avec un score de 41,8 points sur une échelle de 100.

«Evolution inquiétante» pour les Etats-Unis

«La progression des Etats-Unis dans le classement 2018 fait partie d'une évolution inquiétante. C'est la seconde fois que les Etats-Unis grimpent dans cet indice» (Financial secrecy index) établi tous les deux ans, constate TJN, auteur du classement, dans un communiqué.

Les Etats-Unis ont rejoint le trio de tête et pris la 3e en 2015. TJN épinglait alors déjà la première puissance économique mondiale pour sa politique consistant à attirer des investisseurs étrangers en leur garantissant certaines formes de confidentialité pour échapper à l'impôt dans leur pays d'origine.

«L'évolution dans le classement (2017) s'explique par une hausse très importante de la part de marché des Etats-Unis dans les services financiers à l'étranger qui n'a pas été neutralisée par une réduction significative du secret bancaire», commente TJN.

Des centaines de millions d'amende pour la Suisse

Cette part a bondi de 14% en trois ans passant de 19,6% à 22,3%, précise l'organisation. Depuis la crise financière de 2008, des campagnes se sont multipliées pour lutter contre le secret financier et bancaire en exigeant en particulier de la part des entreprises d'identifier leurs véritables propriétaires.

Sous la pression de Washington, les banques suisses ont, elles, dû s'acquitter de centaines de millions de dollars d'amendes et identifier des milliers de comptes bancaires appartenant à des Américains cherchant à se soustraire à l'imposition.

«Inquiétude réelle»

«Bien que les Etats-Unis soient pionniers dans la conception de moyens importants pour se défendre contre l'évasion fiscale à l'étranger, ils ne sont pas sérieusement attaqués à leur propre rôle pour attirer les flux financiers illégaux et soutenant l'évasion fiscale», estime Tax Justice Network. L'organisation souligne «l'inquiétude réelle» sur les effets négatifs de cette politique sur l'économie mondiale toute entière. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion