Actualisé 27.03.2008 à 22:23

La Suisse aura son album Panini d'exception

La fièvre des vignettes de footballeurs va une nouvelle fois monter dès le 10 avril prochain en vue de l'EURO 2008.

L'éditeur Panini a prévu 60 millions de pochettes pour le marché suisse. Collectionneurs record, les Hélvètes auront leur album spécial.

Aux habituels portraits photo s'ajouteront des images de footballeurs suisses en pleine action ou en train de jubiler. Leurs supporters devront collectionner 554 vignettes pour remplir l'album.

C'est la première fois en 47 ans que la firme italienne Panini, sise à Modène, publie cet album en édition spéciale. «Seule la Suisse en disposera», indique à l'ATS Silvia Losi, porte-parole de Panini. «Même l'Autriche n'obtiendra pas 'son propre' cahier.»

Huit pochettes par personne

Ce traitement de faveur a une bonne raison: nulle part ailleurs les vignettes n'ont autant de succès qu'en terres helvétiques. Panini y avait vendu 60 millions de pochettes lors de la Coupe du monde de 2006 en Allemagne, soit huit par personne.

A titre de comparaison, «seules» 160 millions de pochettes ont été écoulées en Allemagne, pays pourtant 11 fois plus peuplé que la Suisse. Ce qui vaut à la Confédération le surnom de «pays des records» dans la bouche de Silvia Losi. Cette année, le nombre d'albums «suisses» constituera un nouveau record, passant à 1,5 million d'exemplaires.

Un passe-temps coûteux

De quoi s'en remplir les caisses chez Panini, même si bénéfice et chiffre d'affaires sont tenus secrets par l'entreprise d'Emilie- Romagne. Autre tabou entretenu par la firme: le montant versé en droits de licence pour les images n'est pas révélé.

Panini reporte une part de ses dépenses sur les consommateurs. Résultat: les images sont cette année plus chères que jamais. Le prix de la pochette passe à 1 franc. Compléter son album pèsera donc lourd dans le budget.

Dans l'hypothèse favorable et peu probable où les pochettes achetées contiennent à chaque fois cinq images recherchées, il faudrait en acquérir 111 à 1 franc chacune pour remplir le cahier. En réalité, les vignettes à double sont échangées ou revendues à profusion. Mme Losi y voit d'ailleurs justement la force du produit: «collectionner et échanger favorise le contact social».

Ce marchandage se déroule dans les salles de classe, les bureaux et même au Parlement. Des députés au Grand Conseil tessinois ont ainsi essuyé des critiques il y a deux ans, coupables d'avoir échangé des images Panini durant la session.

Sorte de «moment érotique»

La firme italienne a découvert à travers les commandes spéciales de vignettes manquantes que 85 % des consommateurs sont âgés de plus de 15 ans. Journaliste sportif à la télévision alémanique SF, Beni Thurnherr fait lui aussi partie des collectionneurs.

«Quand j'aperçois les pochettes jaunes toute fraîches dans les kiosques, ça me donne des frissons», témoigne-t-il. «La tension monte en les ouvrant, de même que l'espoir d'obtenir enfin l'un des joueurs manquants. Lorsque le footballeur recherché désespérément est dans le lot, je ressens un sentiment de bonheur - le coller dans l'album représente alors une sorte de moment érotique.»

Pour le commentateur de SF, le but de l'opération est dans la démarche. Les commandes spéciales d'images manquantes auprès de Panini sont en revanche «un sacrilège et contreviennent totalement au principe de l'achat et de l'échange» qui caractérise le phénomène.

Aussi sur 20minutes.ch

Dès la mi-avril, 20minutes.ch proposera également, dans son dossier Euro 2008, une plateforme d'échange des fameuses vignettes.

ATS/20min.ch

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!