Equipe de Suisse: La Suisse, beaucoup de tops, un peu de flops
Actualisé

Equipe de SuisseLa Suisse, beaucoup de tops, un peu de flops

L'allant offensif de la Nati d'un côté, la performance de Stephan Lichtsteiner de l'autre. Découvrez ce que l'on a pensé de la soirée hongroise de l'équipe nationale.

par
Timothée Guillemin
Budapest
Le premier but en sélection de Ricardo Rodriguez: une merveille.

Le premier but en sélection de Ricardo Rodriguez: une merveille.

photo: Keystone/Tamas Kovacs

La Suisse a fait un grand pas vers la Coupe du Monde 2018, en allant gagner à Budapest vendredi (2-3). Voici les points positifs de la soirée et ceux qui peuvent encore être améliorés.

On a aimé

L'allant offensif de la Suisse. Vladimir Petkovic a décidé d'aligner trois milieux offensifs derrière Haris Seferovic et cela s'est vu. «On a eu droit à un match ouvert, où chaque équipe a eu sa chance. Cela a tourné en notre faveur en fin de match et c'est génial. On a été récompensés», a commenté Xherdan Shaqiri. La chance sourit aux audacieux, dit le dicton. La Suisse l'a expérimenté et cela a quelque chose de rafraîchissant. L'ère Hitzfeld, faite de conservatisme, est bel et bien derrière. Aujourd'hui, la Suisse va de l'avant et est séduisante, elle qui vient de marquer cinq fois en deux matches. Surtout, sur ces cinq buts, quatre ont été inscrits dans le jeu, à la suite d'action bien construites.

Le premier but en sélection de Ricardo Rodriguez. Jamais encore le latéral gauche n'avait marqué avec la Nati, en 41 sélections. Vendredi, il ne s'est posé aucune question quand il a vu arriver le bon centre de Valon Behrami: sa volée dans le petit filet du but magyar était tout simplement splendide. Ce but n'a pas été celui de la victoire pour la Suisse, la faute à Adam Szalai, mais il a eu son importance.

L'entrée de Valentin Stocker. On dit souvent que le moral d'une équipe se juge à l'aune de l'état d'esprit des remplaçants. Vendredi, ils ont tous apporté quelque chose: Eren Derdiyok a dévié le ballon sur le but vainqueur, Gelson Fernandes a énormément travaillé en dix minutes, et Valentin Stocker a marqué sur son premier ballon. «Sa réussite prouve que tous les joueurs de l'équipe sont prêts à tout donner. Qu'ils jouent 90 minutes, 20 minutes ou 4 minutes comme Valentin ce soir, l'état d'esprit est bon», a dit Vladimir Petkovic. La preuve que la Suisse est un groupe, en plus d'être une équipe. Sur la durée d'une phase qualificative, cela aussi a son importance.

Le réalisme de Haris Seferovic. D'habitude, l'avant-centre de l'équipe de Suisse travaille beaucoup, se crée des occasions et ne marque pas. Vendredi, il a fait à peu près tout le contraire, marquant sur sa seule chance de but. Et vu que c'est avant tout ce qu'on demande à un avant-centre, il convient de saluer l'efficacité du numéro 9 de l'équipe de Suisse. Il aura sans doute l'occasion de soigner ses statistiques lundi en Andorre et il ne devrait pas se prier de le faire.

L'ambiance dans le stade. Le public hongrois a été formidable avant, pendant et après le match. Très chaleureux et très amicaux avec les fans suisses en ville de Budapest pendant la journée, les supporters magyars ont encouragé leur équipe avec énormément de ferveur. Même après la défaite, l'équipe nationale hongroise a eu droit à des acclamations, loin des sifflets qui accompagnent parfois la Nati lorsqu'elle ne gagne pas. Le public hongrois a donné la leçon vendredi, se montrant aussi bruyant que fair-play. Un vrai public de foot, comme on aime.

On a moins aimé

Le match de Stephan Lichtsteiner. Le capitaine de l'équipe de Suisse n'a pas été bon vendredi, confirmant sa petite forme récente, que ce soit avec la Nati ou avec la Juventus. Comme souvent, il a passé plus de temps à râler sur l'arbitre et ses assistants qu'à se concentrer sur son football. Vladimir Petkovic va-t-il insister avec lui? L'occasion est belle de lancer Michael Lang, lundi en Andorre, en anticipant un passage prolongé sur le banc de «Lichti» à la Juventus. Le sélectionneur suisse a écarté Gökhan Inler une fois que celui-ci ne jouait plus avec Leicester. En fera-t-il de même avec celui qui l'a remplacé comme capitaine?

Les deux buts encaissés tout de suite. Prendre un but tout de suite après avoir marqué, c'est embêtant. Alors le faire deux fois de suite dans le même match, cela devient un problème. La Nati ne s'est pas déconcentrée, mais elle n'a pas assez serré le jeu. C'est bien d'attaquer, c'est même louable, mais il faut aussi apprendre à gérer un avantage. Le match en Andorre ne servira pas énormément de ce point de vue.

Ton opinion