Ouzbekistan : La Suisse bloque des centaines de millions
Actualisé

Ouzbekistan La Suisse bloque des centaines de millions

Dans le cadre d'une enquête sur une affaire de blanchiment d'argent, la justice suisse a bloqué en août plusieurs centaines de millions de francs d'origine ouzbèke dans plusieurs banques.

Le MPC, interrogé sur une enquête réalisée par la Radio télévision suisse (RTS), ne donne aucune information sur le montant précis.

Au centre de l'affaire se trouvent des proches du président Islam Karimov, selon la RTS. Sa fille, Gulnara Karimova, 40 ans, est l'ambassadrice d'Ouzbekistan en Espagne et auprès des Nations Unies à Genève.

Deux ressortissants ouzbeks, soupçonnés de blanchiment d'argent, avaient été arrêtés le 30 juillet à Genève, selon le Ministère public de la Confédération à Berne. Ils sont toujours en détention provisoire.

Le journal «Blick» avait affirmé que les deux Ouzbeks interpellés travaillaient pour Coca-Cola Ouzbekistan, qui appartient à Gulnara Karimova.

Instruction pénale

Selon les autorités suisses, l'arrestation des deux Ouzbeks s'inscrit «dans le cadre d'une instruction pénale» initiée par le MPC. «A ce stade de la procédure, il est en particulier reproché à quatre ressortissants ouzbeks d'être impliqués dans une affaire de blanchiment d'argent», a indiqué la porte-parole du MPC, sans précision sur les deux personnes non détenues.

Selon la RTS, l'un d'eux serait un ancien responsable d'Uzdunrobita, filiale ouzbèke de l'opérateur russe de télécommunications MTS. L'opérateur suédois TeliaSonera est aussi mentionné dans cette enquête, qui porte sur des contrats de plusieurs centaines de millions de dollars passés depuis 2007 pour l'accès au marché ouzbek des télécommunications, selon la RTS.

Condamnation en Ouzbekistan

Au même moment, en Ouzbeksitan, un tribunal a condamné lundi à trois ans de prison avec sursis quatre dirigeants d'Uzdunrobita pour fraude fiscale et ordonné le transfert à l'Etat de ses actifs, ce qui a aussitôt été dénoncé par MTS.

Le groupe russe Sistema, qui contrôle l'opérateur MTS, a pour sa part annoncé son intention de porter «plainte devant la justice internationale».

Dans un communiqué, MTS a dénoncé «une confiscation illégale de ses actifs en Ouzbékistan» et une «condamnation injuste» des quatre employés.

MTS, qui est le plus important opérateur en Russie et dans la Communauté des États indépendants (CEI - ex-URSS moins les trois pays baltes et la Géorgie), était présent via sa filiale depuis 2004 en Ouzbékistan et y comptait plus de 9 millions d'abonnés, soit près d'un tiers de la population de ce pays d'Asie centrale au régime autoritaire. (afp)

Ton opinion