Actualisé

Championnat du mondeLa Suisse candidate en 2018 ou 2019

La Fédération helvétique a fait part de son souhait d'organiser le grand raout annuel du hockey international.

par
rca
Verra-t-on ces images de liesse helvétique au pays dans quelques années?

Verra-t-on ces images de liesse helvétique au pays dans quelques années?

En marge du Championnat du monde, la Fédération suisse de hockey sur glace a donné quelques explications sur des problèmes actuels. De surcroît, elle va postuler pour le Mondial 2018 ou 2019.

Marc Furrer, le président de la Fédération suisse et Pius-David Kuonen, le président de la Ligue nationale, pouvaient se présenter sereins devant la presse helvétique. Les deux victoires de l'équipe nationale face à la Suède et au Canada avaient fait sérieusement baisser la pression autour de la sélection de Sean Simpson.

Interrogé sur une future candidature suisse pour l'organisation d'un Championnat du monde, Marc Furrer a annoncé que la Suisse allait sans doute postuler pour le Mondial 2018 ou 2019, ce qui fera alors un écart de dix ans avec la dernière organisation à Berne et à Kloten (2009).

«Nous sommes un peu moins chauds pour 2018 en raison de la tenue des Jeux olympiques de Pyeongchang (CdS) en février 2018. Sans doute serait-il mieux d'attendre une année. Nous parlons là d'un projet lointain donc il n'est pas possible de dire aujourd'hui si cela se fera en collaboration ou non avec un autre pays ou quelle ville sera choisie.» Est-ce que René Fasel a été approché par les dirigeants helvétiques pour commencer à déblayer le terrain: rien n'est moins sûr...

Il faut tout de même que la Fédération suisse (FSHG) se dépêche. La Fédération internationale (IIHF) se réunira la semaine prochaine en assemblée pour désigner l'organisateur du Championnat du monde 2017. La candidature franco-allemande (Paris et Cologne) semble favorite face au ticket danois-letton.

Pour rappel, les trois prochains Mondiaux se disputeront dans les pays suivants: 2014 en Biélorussie (Minsk), 2015 en République tchèque (Prague et Ostrava) et 2016 en Russie (Moscou et Saint-Pétersbourg).

Académie au point mort

Parmi les autres sujets abordés par les dirigeants helvétiques, l'académie du hockey qui doit ou qui devait voir le jour à Winterthour. Ce projet porté sur les fonds baptismaux par l'ancien président de la Fédération, Philippe Gaydoul, n'a pas avancé d'une pierre. C'est un centre qui devra comporter plusieurs surfaces de glace et également abriter le siège de la Fédération suisse.

«Nous attendons que les investisseurs se décident. Nous avons fixé un prix que nous sommes prêts à payer comme location», a précisé Marc Furrer. La décision quant à la faisabilité du projet ou non devrait être connue dans les mois qui viennent.

Sur le cas d'Ambri-Piotta, en proie à des gros soucis financiers, Pius-David Kuonen se veut raisonnablement optimiste. «Les dirigeants léventins se sont bougés ces dernières semaines. La situation s'améliore.» Mais le processus des licences avec les différents recours peut durer jusqu'au mois d'août. Donc rien ne sera vraiment sûr avant un mois du début du Championnat de LNA (13 septembre).

Sur l'arbitrage, Pius-Davis Kuonen estime qu'il est bon dans l'ensemble. «Les clubs ne remettent pas en cause la qualité de l'arbitrage mais plutôt le manque de communication entre eux, la ligue et la commission des arbitres.» Le poste de Reto Bertolotti, le chef des arbitres, est-il en danger ? Pas pour l'instant. Un contrat en béton lui assure une saison tranquille. «Mais nous allons discuter avec lui», assure Kuonen. (rca/ats)

Circulez, il n'y a rien à voir

Les polémiques concernant l'arbitrage des derniers play-off de LNA n'ont pas trouvé leur prolongement au mois de mai. Pius-David Kuonen, le président de la Ligue nationale, a tout juste concédé qu'il y avait eu «un problème de communication. En Suisse, la qualité des arbitres est bonne. Après chaque saison, on parle avec tout le monde, dans le but de s'améliorer», a-t-il simplement ajouté.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!