La Suisse débute bien

Actualisé

La Suisse débute bien

La Suisse a commencé son Championnat du monde idéalement, en disposant 4-1 de la France à Québec.

Forts de leur succès indiscutable, les Helvètes ont pris la tête du Groupe A. On craignait le match piège contre une sélection tricolore qui pouvait compter sur l'apport non négligeable de son portier Cristobal Huet. Il n'en a rien été, combien même le gardien des Washington Capitals a détourné 44 des 48 pucks qu'il a dû négocier. Les protégés de Ralph Krueger ont profité de leur première supériorité numérique pour prendre un avantage mérité à la 9e minute, par Roman Wick. Huit minutes plus tard et à nouveau à 5 contre 4, Julien Sprunger donnait deux longueurs d'avance à ses couleurs.

« On savait que ce serait dur contre les Suisses. On les avait affrontés en Skoda Cup en février dernier et on avait perdu 5-2. Prendre deux buts en infériorité numérique nous a mis dans le pétrin », analysait justement le coach tricolore Dave Henderson. Dès lors, les Français n'ont jamais donné l'impression de pouvoir contrecarrer les plans du capitaine Sandy Jeannin et de ses hommes. Tout juste, la Suisse a-t-elle été quelque peu chicanée par les Bleus en fin de deuxième tiers. Elle a payé le dû de son indiscipline à la dernière seconde de la deuxième période, lorsque Desrosiers a inscrit le seul but français de la rencontre.

« Si je dois relever un point négatif ce soir, c'est effectivement le fait que nous avons récolté trop de pénalités, concédait le coach Ralph Krueger après la rencontre. Néanmoins, c'était un bon test pour nous. C'était intéressant de voir que l'équipe avait la capacité de réagir lorsqu'elle était sous pression. Ce genre d'expérience doit nous profiter pour la suite du tournoi. J'ai aimé voir que le groupe a répondu présent dans l'adversité ».

Lundi contre le Belarus, la donne sera plus compliquée, d'autant plus que les Biélorusses pourront certainement compter sur les apports des frères Kostitsyn et de Mikail Grabosvky… Une conséquence directe de l'élimination du Canadien de Montréal, en demi-finale de Conférence Est de la NHL, cette nuit.

Dans le premier match du groupe A, le Belarus – sans ses stars - a fait longtemps douter le favori suédois. Les Scandinaves se sont finalement imposés 6-5 au terme d'une partie âprement disputée. Bien regroupés autour du gardien Koval, qui a tout de même détourné 40 des 46 tirs adressés en sa direction, les Biélorusses n'ont pas fait dans la figuration. Au final ils ont payé cash le manque de fraicheur dû au choix tactique de leur coach de n'aligner que trois blocks offensifs… En attendant l'arrivée des renforts de NHL.

Dans le groupe C, Mikko Koivu a inscrit deux buts dans une victoire de la Finlande 5 à 1 contre l'Allemagne. La Slovaquie a battu la Norvège 5 à 1.

Marc Fragnière, Québec

Suisse - France 4-1 (2-0 1-1 1-0)

Colisée, Québec. 9367 spectateurs. Arbitres: Pellerin, Savage (Can)/Eglitis (Let), Gienke (All). Buts: 9e Wick (Bärtschi, Martin Gerber/à 5 contre 4) 1-0. 17e Sprunger (Jeannin, Bärtschi) 2-0. 24e Bärtschi (Ambuehl, Wick) 3-0. 40e (40'00) Desrosiers (Yorick Treille, Bordeleau/à 5 contre 4) 3-1. 41e (40'31'') Sannitz (Déruns) 4-1.

Pénalités: 8 x 2' contre contre chaque équipe.

Suisse: Martin Gerber; Bezina, Diaz; Blindenbacher, Bezina; Furrer, Vauclair; Beat Gerber; Déruns, Jeannin, Sannitz; Paterlini, Ziegler, DiPietro; Bärtschi, Ambuehl, Wick; Reichert, Monnet, Sprunger; Lemm.

France: Huet; Bachet, Amar; Lacroix, Besch; Bonnard, Quessandier; Trabichet; Yorick Treille, Meunier, Bordeleau; Rozenthal, Gras, Coqueux; Hecquefeuille, Desrosiers; Sacha Treille, Zwikel, Tardif; Lussier.

Notes: L'équipe de Suisse sans Guggisberg ni Seger (surnuméraires). Tir sur le poteau: Sprunger

(si)

Ton opinion