Qualification CDM 2014: La Suisse démarre du bon pied
Actualisé

Qualification CDM 2014La Suisse démarre du bon pied

La Suisse a idéalement commencé sa campagne qualificative au Mondial 2014 en s'imposant 2-0 à Ljubljana face à la Slovénie.

par
Marc Fragnière
Ljubljana

Précieux, ce succès a été acquis avec méthodologie, discernement et discipline. Pour la première fois de l'ère Hitzfeld, la Suisse a raflé la totalité de l'enjeu inaugural. Le onze helvétique a su pleinement tirer profit des ses qualités techniques face à un adversaire travailleur et volontiers physique. Malgré la garde rapprochée de deux cerbères, Shaqiri a de nouveau été à l'origine de tous les bons coups helvétiques. Le garant du jeu de la nation a été impliqué sur les deux réussites.

Shaqiri à la baguette

Ainsi l'ouverture du score de Xhaka est tombée consécutivement à un mouvement collectif emprunt de génie tandis que le 2-0 a été inscrit sur un exploit personnel d'Inler: un contrôle orienté suivi d'une frappe aussi sèche que pure des trente mètres. «Nos deux goals ont été réalisés par notre milieu de terrain», a relevé le sélectionneur, très satisfait par l'efficacité à toute épreuve des siens. Car il faut bien reconnaître qu'hormis un poteau de Derdiyok en première période, les Suisses ne se sont pas créés d'immenses occasions.

Behrami stabilise

Tout d'abord gênée par le pressing tout terrain appliqué par son hôte, la sélection nationale a mis près d'un quart d'heure pour entrer pleinement dans la rencontre. Portée initialement par un Behrami extrêmement généreux dans l'effort, elle a ensuite déroulé son jeu avec subtilité tout en contrant les initiatives slovènes avec solidité. «On savait que notre adversaire était très fort dans le jeu de transition et qu'il serait difficile à manœuvrer. On leur a laissé trop d'espaces sur le premier tiers du terrain en début de match, mais nous avons su les annihiler sur le plan défensif», a analysé Ottmar Hitzfeld après la partie.

Les rares fois où son arrière-garde a été dépassée, la Suisse a pu compter sur la souveraineté d'un Benaglio des grands soirs. Rarement débordée malgré la vivacité slovène, la défense centrale de Hitzfeld a parfaitement tenu son rôle et livré une prestation solide. «La complémentarité entre Djourou et von Bergen a fait merveille. Je leur tire mon chapeau. Djourou a parfaitement répondu à mes attendes, malgré son manque de temps de jeu en club», s'est félicité l'Allemand. Le Genevois a fait preuve d'une application et d'une sobriété de tous les instants, à l'instar de toute une équipe dont la solidarité n'est pas la dernière des vertus.

Une ombre au tableau

L'expulsion de Barnetta à un quart d'heure du terme a quelque peu terni le tableau helvétique. «D'autant plus qu'il avait réalisé un super match jusqu'alors et que de surcroît, il n'a pas commis de faute. J'ai revu les images à la TV», a regretté le coach national qui devra compter sans l'expérimenté ailier gauche contre l'Albanie, mardi à Lucerne.

Ton opinion