La Suisse doit se libérer du pétrole
Actualisé

La Suisse doit se libérer du pétrole

La Suisse doit réduire sa consommation de carburant, selon une étude qui préconise une haussse des prix.

La Suisse doit se préparer à des ruptures d'approvisionnement de carburant. L'or noir couvre 57% de ses besoins en énergie, alors que d'ici à vingt ans sa production pourrait décliner. Auteur d'une étude sur la dépendance de la Suisse envers le pétrole, l'Académie suisse des sciences techniques exige des mesures pour réduire la consommation de carburant. Il est aujourd'hui possible de se passer d'énergies fossiles pour le chauffage domestique. Pour le carburant, il ne faut pas s'attendre à une parade à l'essence et au diesel à court terme. L'institution, qui compte parmi ses membres Charles Kleiber, André Kudelski, Jacques Neirynck, Claude Nicollier ou Thomas Schmidheiny, propose de réduire de 2% par an la consommation de carburant.

Cela ne sera possible qu'avec des hausses de prix importantes et des prescriptions nationales plus strictes, selon elle. L'économie ne risque-t-elle pas d'être bouleversée par ces mesures? En Suisse, peu de secteurs sont «pétrodépendants», selon une étude du Credit Suisse. En 2004, leur contribution à la création de valeur de la Suisse représentait 12%. Seul un Suisse sur sept travaille dans une branche qui ressent les variations de prix du pétrole.

ats/gim

Ton opinion