Coupe du monde: La Suisse doit se méfier de cet homme
Actualisé

Coupe du mondeLa Suisse doit se méfier de cet homme

Absent sur blessure à l'aller à Reykjavik, Kolbeinn Sigthorsson sera le principal atout offensif de l'Islande, vendredi à Berne.

par
Marc Fragnière
Berne
Kolbeinn Sigthorsson (à gauche) à l'entraînement, mercredi au Stade de Suisse.

Kolbeinn Sigthorsson (à gauche) à l'entraînement, mercredi au Stade de Suisse.

L'attaquant de l'Ajax Amsterdam, auteur de 9 buts en 15 matches avec la sélection de Lars Lagerbäck, sait qu'une partie du destin de son pays repose sur ses épaules. A l'instar de ses coéquipiers, il croit fermement en les chances de l'Islande de participer au Mondial 2014. Un exploit qui constituerait une première dans l'histoire des insulaires.

Pour que le rêve devienne réalité, Kolbeinn Sigthorsson résume la situation sans s'embarrasser de fioritures: «Pour se rendre au Mondial, il faudra faire des points. Et pour y parvenir, il faut marquer». Battu 2-0 par les «Rougets» lors des phases de groupes de l'Euro M21 danois en 2011, l'animateur sait que la Suisse sera un obstacle difficile à manoeuvrer: «Bien sûr que je me souviens de cette rencontre. J'avais été particulièrement impressionné par le collectif de cette équipe et bien sûr par l'abattage de la star Xherdan Shaqiri», se remémore-t-il.

Déçu par la tournure des événements à Aalborg en 2011, mais aussi par le revers concédé par les siens l'automne dernier à Reykjavik, le joueur de l'Ajax espère que la roue va enfin tourner: «A l'aller, on avait manqué de réussite, mais l'équipe avait fait un bon match. Peut-être que cette fois-ci la chance nous sourira. Ce serait vraiment bien de pouvoir obtenir un résultat à Berne». D'autant plus qu'après cela, l'Islande accueillera chez elle l'Albanie et Chypre, avant d'aller en Norvège.

Un grand défi ne venant jamais seul, Kolbeinn Sigthorsson disputera cet automne la Champions League avec son club, dans un groupe haut en couleurs avec le FC Barcelone, le Milan AC et le Celtic Glasgow. «On va jouer tous les matches à fond et essayer de s'en sortir». A n'en pas douter, le leitmotiv de cette fin d'année pour le jeune homme de 23 ans.

3 questions à Lars Lagerbäck

– Comment abordez-vous le match de vendredi?

– Avec beaucoup de respect. On connaît le classement FIFA. A Reykjavik, on avait livré un bon match, mais on n'avait pas réussi à marquer.

– Quel sera votre objectif?

– Gagner. Peut-être qu'on arrivera à surprendre les Suisses. En Islande, Aron Gunnarsson était suspendu et Kolbeinn Sigthorsson blessé. Ce n'est pas faire injure aux autres que de dire que notre groupe perd en qualité quand un ou plusieurs de nos joueurs expérimentés sont absents.

– A Reykjavik, Diego Benaglio avait réalisé des miracles. Comment allez-vous le prendre en défaut vendredi?

– Vous avez, il est vrai, un très bon gardien. Il s'agira de se montrer plus précis et surtout plus efficaces si l'on veut le battre.

Ton opinion