Mobilité: La Suisse épinglée pour le prix exorbitant de ses P+R
Actualisé

MobilitéLa Suisse épinglée pour le prix exorbitant de ses P+R

Une étude des clubs automobiles révèle que les parkings-relais les plus chers d'Europe sont helvétiques.

par
Marco Ferrara

Sept francs la journée. C'est ce que débourse en moyenne l'automobiliste européen qui se gare et poursuit sa route en transport public. Un chiffre aux antipodes de la moyenne suisse, où il faut 22 fr. pour le même service, selon une étude des clubs automobiles européens. Ville test helvétique, Genève détient même le record d'Europe: le Parc Relais Etoile exige 42 fr. pour douze heures. Et n'inclut pas de titre de transport.

«Les pendulaires sont privilégiés avec des abonnements avantageux. Mais qu'en est-il des usagers occasionnels?» s'inquiète Guy Zwahlen, président de la section genevoise du TCS. Il montre du doigt les «tarifs babyloniens des P+R, qui ne sont pas une bonne carte de visite pour qui vient de dehors». Il compte attirer l'attention de son canton sur le sujet, en rappelant la gratuité de la plupart des places de parc à Luxembourg, Berlin, Oslo ou encore Helsinki.

Les CFF ont un système similaire près des gares: le P+Rail. En dehors des petites localités, où il est gratuit, son tarif journalier reste généralement au-dessous de 10 fr. S'il n'est que de 5 fr. à Delémont, le ticket atteint 19 fr. à Genève. Lorsque le parc est labellisé P+Rail mais géré par un privé, la quittance monte à 22 fr. à Lausanne et à 40 fr. à Bâle. Le concept n'est-il pas censé convaincre les conducteurs sur le transport en commun? «Le transfert doit être fait en périphérie déjà, et pas au centre-ville», notent les CFF.

Un jour de P+R, c'est...

Dans les gares CFF:

Matran (FR): gratuit

Rivaz (VD): gratuit

La Chaux-de-Fonds: 6 fr.

Neuchâtel: 12 fr.

Genève: 19 fr.

Lausanne: 22 fr.

Bâle: 40 fr.

Et ailleurs:

Lausanne: 10 fr., bus compris

Genève Etoile: 42 fr., sans bus

Ton opinion