Actualisé 22.11.2014 à 18:40

Coupe Davis

La Suisse est à un point du Saladier d'argent

Roger Federer et Stan Wawrinka ont dominé en 3 sets la paire française et mènent 2-1. Un succès dans un des deux simples de dimanche suffira à décrocher le trophée.

de
Laurent Morel, Lille

Malgré un public retrouvé et extrêmement chaud dès les premiers échanges, les Bleus ont souffert de mille maux contre le duo helvétique. Roger Federer et Stan Wawrinka ont su se transcender dans les moments importants pour décrocher le 2e point pour la Suisse. Additionné au succès du Vaudois vendredi contre Jo-Wilfried Tsonga et à la défaite du Bâlois contre Gaël Monfils, cette victoire 6-3 7-5 6-4 contre Richard Gasquet et Julien Benneteau permet à la Suisse de mener 2-1 dans cette finale de Coupe Davis à Lille. Le tout en à peine deux heures de jeu.

Les doutes concernant l'état du dos de Federer ont rapidement été levés ce samedi. Contrairement à la veille, le Rhénan s'est montré très mobile et a semblé capable de tenter l'entier des coups qu'il maîtrise habituellement. De leur côté, les Français n'étaient pas forcéement dans les meilleures dispositions pour entamer la rencontre. Alors que Tsonga était censé disputer ce double aux côtés de Gasquet, il a été remplacé par Benneteau moins de deux heures avant le début de la partie. Ce dernier n'a eu que quelques dizaines de minutes pour s'échauffer. Le Manceau, lui, ne se sentait apparemment pas en état de disputer un tel match.

Wawrinka, le patron

Sur le court, le patron se nommait Stan Wawrinka. Le droitier de Saint-Barthélemy était en état de grâce comme vendredi. Impérial au service, il a été aérien tout au long de la rencontre, qu'il a survolée. Le Vaudois a en plus eu le mérite d'embarquer Federer dans son sillage. Comme l'espérait le capitaine Severin Lüthi, le Bâlois est monté en puissance au fil de la rencontre. De quoi détendre l'atmosphère dans une équipe, cette fois souriante, où l'état du dos du No 2 mondial est le principal sujet d'inquiétude depuis le début de la semaine.

Dans la première manche, c'est "Stan the Man" qui a permis aux Suisses de prendre l'avantage, en réussissant le break dans le 6e jeu, sur leur 2e possibilité. Mais Benneteau, 5e mondial dans la discipline, a augmenté son niveau dans le 2e set. Sauf que cette fois, les Français ont peiné dans la conclusion. Malgré 5 balles de break, dans 3 jeux différents, les Bleus n'ont jamais pu prendre le service de Suisses accrocheurs. C'est au contraire la paire championne olympique en 2008 à Pékin, qui n'avait pourtant jamais gagné sur terre battue, qui a réussi break à 5-5, sur un retour gagnant, en revers, de Federer.

Le fauve court toujours

Les chances de l'équipe de France semblaient alors quasiment réduites à néant à l'entame de la 3e manche. Surtout que le niveau de Gasquet s'est petit à petit effrité au cours de la rencontre, Benneteau se contentant de tenir les siens à bout de bras. A 2-2, les joueurs rouges à croix blanches ont su convertir leur 5e balle de break de la manche pour s'envoler vers ce point si important dans la conquête d'un premier Saladier d'Argent. Un dernier service réussi par Federer a permis à la Suisse de conclure sur sa 2e balle de match. Et dire que le duo Federer/Wawrinka restait sur 4 défaites en Coupe Davis...

Et, comme l'affichaient certains supporters suisses dans le stade Pierre-Mauroy, "Stanimal à Lille, le fauve court toujours". Les Français vont avoir toutes les peines du monde à battre ce Wawrinka-là dimanche en cas de match décisif. A moins que le sort de cette finale soit déjà scellé avant, Federer devant ouvrir les feux dimanche sur les coups de 13h. Face à Tsonga, si le capitaine Arnaud Clément n'effectue pas de changement d'ici là.

Réactions

Stanislas Wawrinka: C'était un gros match. On est content, on a été très solides et tout a fonctionné comme on voulait: agresser et dicter ce qui devait se passer sur le terrain. On a décidé hier soir d'aligner Roger et moi. On sait pourquoi Federer a eu de la peine hier, mais je savais aussi qu'il allait être au top aujourd'hui. Si on veut ramener cette Coupe Davis,il va falloir aller la chercher et pas seulement espérer que les Français passent à côté. Il reste une grosse journée de main. On a notre destin entre nos mains et deux matches à disposition pour remporter le trophée, on sait ce qu'il nous reste à faire.

Roger Federer: Je pense que je dois remercier les médecins et tous ceux qui se sont occupés de moi cette semaine. Que je sois sur le terrain pour aider Stan à ce niveau-là, c'est tout simplement incroyable. C'est un succès d'équipe aujourd'hui. On va tout faire pour conclure, que ce soit moi d'abord ou Stan ensuite.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!