Actualisé 02.12.2018 à 22:16

TransportsLa Suisse et la France se partagent le CEVA

La Confédération va cofinancer avec la France deux projets transfrontaliers, le CEVA et le train «des horlogers».

Les rails de la liaison ferroviaire Cornavin, Eaux-Vives, Annemasse. (Photo d'archives)

Les rails de la liaison ferroviaire Cornavin, Eaux-Vives, Annemasse. (Photo d'archives)

Keystone

Le financement des projets transfrontaliers répond au principe de territorialité. Chaque pays paie donc les travaux d'infrastructure sur son territoire. Depuis les années 1980, la Confédération a cofinancé diverses mesures en France, en Italie et en Allemagne.

Des dérogations au principe de territorialité sont possibles si cela répond à l'intérêt de la Suisse. «Il n'y a pas d'automatisme et les montants pris en charge par la Confédération font chaque fois l'objet de négociations», rappelle l'Office fédéral des transports (OFT) à la demande de Keystone-ATS.

Actuellement, quelques collaborations transfrontalières sont encore en cours. C'est notamment le cas pour le CEVA, dont les travaux en Suisse ont été devisés à 1,567 milliard de francs, financés à 56% par la Confédération via le programme en faveur du trafic d'agglomération. Le reste est financé par le canton de Genève.

Les travaux sur territoire français sont payés par la France (environ 260 millions de francs), à l'exception de l'aménagement de la voie alimentée en courant suisse en gare d'Annemasse. Cette mesure est nécessaire pour que les trains suisses monocourant puissent arriver jusque dans la gare d'Annemasse. Pour cela, la Confédération a prévu une contribution forfaitaire de 17,7 millions de francs.

Le plus grand réseau ferroviaire régional transfrontalier d'Europe verra le jour le 15 décembre 2019, avec la mise en service intégrale du Léman Express, rendue possible par l'achèvement du tronçon Genève Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse (CEVA). Il s'étendra sur 230 km et desservira 45 gares dans les cantons de Genève, Vaud et les régions françaises limitrophes.

Train des horlogers

Les améliorations techniques du train «des horlogers», au départ de la Chaux-de-Fonds, sont également financées par la Suisse et la France. Des solutions ont été trouvées en matière de sécurité pour permettre aux trains français de rouler sur le tronçon suisse.

L'équipement du tronçon entre la frontière et La Chaux-de-Fonds est pris en charge techniquement et financièrement (investissement, exploitation, maintenance) par la partie française. Celle-ci étudie l'achat à plus long terme de nouveau matériel roulant.

Concernant l'infrastructure (voie), des travaux d'entretien et de mise à niveau sont prévus ces prochaines années côté français et suisse. Ces travaux seront payés en France par la partie française et en Suisse par les CFF (via la convention de prestations). (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!