Piratage informatique: La Suisse fait figure de bonne élève
Actualisé

Piratage informatiqueLa Suisse fait figure de bonne élève

Le piratage de logiciels informatiques a continué à augmenter dans le monde en 2009, selon une étude publiée mardi.

Le phénomène est resté stable en Suisse avec une part de logiciels illégaux de 25%.

Au niveau mondial, le piratage a progressé de deux points, atteignant 43%, «essentiellement sous l'effet de marchés à forte croissance et à fort taux de piratage tels que la Chine, l'Inde et le Brésil», indique l'institut IDC, qui a réalisé l'étude pour l'association mondiale des fabricants de logiciels BSA (Business Software Alliance).

En effet, selon cette enquête menée dans 111 pays, le piratage a baissé sur de nombreux marchés, malgré la récession économique mondiale: il est ainsi en repli dans 54 pays et en hausse dans 19 seulement, mais la «croissance exponentielle» des logiciels dans les économies émergentes a contrebalancé cette tendance.

La valeur commerciale des logiciels piratés en 2009 s'élevait à plus de 50 milliards de dollars. Les Etats-Unis, le Japon et le Luxembourg continuent de présenter les taux de piratage les plus faibles (20% pour le premier, 21% pour les deux autres), tandis que les plus mauvais élèves sont la Géorgie, le Zimbabwe et la Moldavie, qui affichent des taux supérieurs à 90%.

La moyenne en Europe de l'ouest est de 34%. Les Français enregistrent un taux de 40%, les Allemands de 28%, les Belges de 25%, tandis que les Italiens sont à 49% et les Grecs à 58%.

(ats/afp)

Ton opinion