Hockey sur glace: La Suisse fait un carton plein, avec mention
Actualisé

Hockey sur glaceLa Suisse fait un carton plein, avec mention

En battant la Biélorussie (1-4) mardi, la Suisse a bouclé le tour préliminaire du Mondial sur une 7e victoire.

par
Robin Carrel
Stockholm
Les joueurs de Simpson sont toujours invaincus dans ces Mondiaux.

Les joueurs de Simpson sont toujours invaincus dans ces Mondiaux.

Devant une joyeuse troupe de près de 500 petits écoliers qui ont passé la plus grande partie du match à chanter «Heja Schweiz!» (Hop Suisse en suédois), l'équipe de Sean Simpson a gagné son pari. Elle a brillamment terminé en tête de sa poule avec mention «bien» et affrontera la République tchèque jeudi à 14 h 45 en quarts de finale. Une rencontre à sa portée, contre une formation qu'elle avait dominée 5-2 le 6 mai. Même si, avec Plekanec et Pavelec, elle a reçu deux renforts bienvenus.

Hier, les Helvètes ont longtemps été tenus en échec par le jeu rugueux des Biélorusses, mais ils ont une fois encore trouvé la solution. «Nous ne les avons pas du tout sous-estimés, mais nous n'avons pas réussi à imposer notre jeu pendant soixante minutes, a indiqué Julian Walker, auteur de ses 2e et 3e buts avec le maillot à croix blanche. C'était un jeu dangereux, car le match aurait pu nous échapper.»

Comme lors de la rencontre contre le Danemark, disputée elle aussi à 12 h 15, la Suisse n'a pas produit sa meilleure prestation. Mais elle a arraché la victoire et entre d'ores et déjà dans l'histoire en fêtant un septième succès en autant de rencontres.

Un record, certes, mais qui ne satisfait pas encore le vestiaire. «Ça fait plaisir, c'est sûr, a affirmé Walker. Mais c'est déjà du passé.» Arrivé la veille, Raphael Diaz a donné des premiers coups de patins plutôt prometteurs. Le défenseur des Canadiens de Montréal n'a pas boudé son plaisir au terme de la rencontre. «Voir comment cette équipe arrive à jouer ensemble est assez extraordinaire, s'est-il félicité. Nous jouons avec une telle confiance...» Elle ne sera pas de trop à l'heure de disputer le premier match couperet.

«J’étais un des seuls à y croire avant le tournoi? Je suis toujours optimiste. C’est un peu la mentalité suisse d’être défaitiste... On a vu hier qu’on était fatigués, mais c’est jeudi qu’il faudra être bon. Ce serait dommage de tout mettre à la poubelle. Ces performances sont intéressantes tant pour la LNA que pour plusieurs joueurs qui ont une possibilité de se mettre en vitrine. En revanche, je ne pense pas que ça change quelque chose en vue des JO. Ce sera dans neuf mois et beaucoup de choses peuvent encore se passer. Quand on me croise dans la rue, tout le monde me demande la même chose: si j’ai envie d’être en Suède...»

«J’étais un des seuls à y croire avant le tournoi? Je suis toujours optimiste. C’est un peu la mentalité suisse d’être défaitiste... On a vu hier qu’on était fatigués, mais c’est jeudi qu’il faudra être bon. Ce serait dommage de tout mettre à la poubelle. Ces performances sont intéressantes tant pour la LNA que pour plusieurs joueurs qui ont une possibilité de se mettre en vitrine. En revanche, je ne pense pas que ça change quelque chose en vue des JO. Ce sera dans neuf mois et beaucoup de choses peuvent encore se passer. Quand on me croise dans la rue, tout le monde me demande la même chose: si j’ai envie d’être en Suède...»

IRM pour Reto Suri

Reto Suri a subi une blessure au genou droit lors du match remporté mardi par la Suisse 4-1 face à la Biélorussie. La participation du Zougois au quart de finale de jeudi contre la République tchèque n'est pas assurée.

Estimée comme n'étant pas trop grave par les médecins de l'équipe nationale, la nature de la blessure de Suri et son éventuelle indisponibilité seront connues mercredi une fois les résultats de l'examen analysés. Suri s'est blessé à la 39e minute lorsque le défenseur Pavel Chernaok a soigneusement appliqué ses 106 kg sur le genou de l'attaquant helvétique (ats).

Ton opinion