Accueil de blessés ukrainiens: La Suisse fait volte-face, uniquement pour les civils et les enfants

Publié

Accueil de blessés ukrainiensLa Suisse fait volte-face, uniquement pour les civils et les enfants

La Confédération dit avoir reçu une demande officielle de l’Ukraine pour soigner des blessés en Suisse. Les militaires ne seront pas concernés par l’accord. 

Les infrastructures en Ukraine ne permettent pas de prendre en charge convenablement tous les blessés.

Les infrastructures en Ukraine ne permettent pas de prendre en charge convenablement tous les blessés.

AFP

Retournement de situation dans l’affaire de l’accueil des blessés ukrainiens dans des hôpitaux suisses. Mercredi soir, la RTS et la SRF ont appris que le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) avait finalement décidé de faire un geste en accueillant des blessés, mais uniquement des civils. 

En mai, l’OTAN avait fait une demande à la Suisse d’accueillir des blessés civils et militaires. Berne avait répondu que cela ne respectait pas le droit de la neutralité suisse. Qu’est-ce qui a changé? Interrogé par la RTS, le secrétaire d’État adjoint au DFAE Johannes Matyassy explique qu’une nouvelle demande avait été déposée, par l’ambassade d’Ukraine en Suisse, cette fois-ci. 

Humanitaire et non militaire

Le fait que ce soit un État, et non plus une organisation militaire comme l’OTAN, change la donne, explique le DFAE. De plus, le fait que les blessés militaires soient exclus de l’accord, qui ne concernera que les civils, en fait par principe une demande d’entraide humanitaire, à laquelle la Suisse peut accéder.

L’ambassadeur ukrainien en Suisse a encore précisé que la demande ne concernait pas que la Suisse, mais tous les «pays démocratiques partenaires». Selon lui, une cinquantaine de personnes pourraient arriver en Suisse ces trois prochaines semaines. Une demande annexe, qui concerne 155 enfants atteints dans leur santé, a été acceptée par la Suisse également. Il est prévu que, une fois leur traitement terminé, les enfants retournent en Ukraine. 

Salve de critiques

Ces derniers jours, les critiques s’étaient faites de plus en plus fortes contre la décision du DFAE. Même le président du PLR avait critiqué la position du ministre de son propre parti, Ignazio Cassis. Mercredi, c’est aussi l’Association suisse des infirmiers qui avait pris position pour demander à la Confédération de changer d’avis.

(ywe)

Ton opinion

72 commentaires