Football - Coupe du Monde: La Suisse gagne au water-polo
Actualisé

Football - Coupe du MondeLa Suisse gagne au water-polo

La Nati a obtenu les trois points qu'elle se devait de remporter, jeudi soir, contre Andorre (3-0). Mais ce fut tout sauf un match de football.

par
Robin Carrel
St-Gall

Cette rencontre entre Helvètes et Andorrans avait un petit parfum de football d'antan. Du calibre du jeu de ballon que nous jouions dans nos vertes années, le samedi matin. La journée a été passée à scruter le ciel qui pleurait depuis des lustres. Certains espéraient sûrement un report de la partie au lendemain à midi, d'autres voulaient absolument jouer, histoire d'arriver en Lettonie dans les meilleures conditions, pour affronter les joueurs locaux dimanche déjà. Ce n'est d'ailleurs pas anodin si cet affrontement s'est joué envers et contre tout. Il ne restait pas de fenêtre de tir pour replacer ce match ultérieurement...

Les employés du stade ont tout donné, tentant de repousser l'eau tombée depuis 24 heures sur la région st-galloise. Mais plus ils en enlevaient, plus elle revenait. Alors qu'un match de quatrième ligue aurait sans doute été reporté aux calendes grecques, les professionnels, eux, ont dû faire le boulot. Les petites mains et leur balais de fortune ont d'ailleurs dû refaire leur entrée, acclamés par la foule, à mi-chemin dans la première période. Au final, le rendu aura été grotesque, mais l'essentiel acquis.

Cela a d'abord bien fait rire le Kybunpark, qui se gondolait à chaque fois que le ballon s'arrêtait dans une flaque. Mais quand les fans de la Nati se sont rendu compte que leurs petits préférés peinaient à faire la différence au tableau d'affichage – alors que dans cette poule B de qualification à la Coupe du monde 2018, le Portugal a mis deux minutes pour transpercer la défense des Îles Féroé (5-1 au final) et la Hongrie tout juste cinq de plus pour tromper le gardien de la Lettonie (3-1) –, c'est le stress qui a commencé à envahir l'enceinte st-galloise.

Il n'a pourtant fallu qu'une centaine de secondes à Shaqiri pour se procurer la première possibilité de la rencontre. Gomes est intervenu une première fois. Ce dernier a eu un arrêt facile à faire sur une tête de Mehmedi (18e), puis plus rien avant la demi-heure. Pendant ce temps-là, tant les Hongrois que les Portugais avaient déjà doublé la mise. La tête à côté de Seferovic de la 39e n'a fait que réchauffer un peu l'atmosphère.

La chance de Seferovic a tourné

L'attaquant de Benfica a fini de rallumer le public, tout simplement parce qu'il est en feu actuellement. Avec le brin de chance qui n'a jamais voulu de lui depuis des années et qui l'accompagne depuis ses débuts portugais (4 buts en 5 matches), l'attaquant de pointe de la Nati a libéré les siens à la 43e, sur un service soyeux de Shaqiri. Les fans locaux n'étaient toutefois pas au bout de leur attente, puisque la pause a été prolongée de cinq minutes et un aspirateur fait son apparition sur le pré.

Derdiyok, entré à la pause, a eu droit à deux occasions énormes (55e et 61e). Mais comme c'est Seferovic qui a la «baraka» actuellement, la Suisse a inscrit le No 2, alors que son buteur semblait pourtant tellement hors-jeu qu'il était derrière la ligne de fond (63e). Les digues andorranes avaient définitivement cédé et Lichtsteiner en a profité pour mettre le 3-0 et permettre à quelques-uns des 13'600 spectateurs qui s'estimaient assez mouillés pour la soirée de rentrer l'esprit tranquille. Ils auront juste manqué un empilage d'occasions ratées de peu. L'essentiel était de toute façon déjà assuré.

Ton opinion