Euro 2013 qualifications: La Suisse impuissante contre la Pologne
Actualisé

Euro 2013 qualificationsLa Suisse impuissante contre la Pologne

La Suisse n'a pas crée la surprise lors de son premier match à domicile des qualifications pour l'Eurobasket 2013.

Opposée à la Pologne, favorite du groupe, la troupe de Sébastien Roduit n'a fait illusion qu'une mi-temps avant de s'incliner 66-80 (32-40).

Vaillante mais limitée, la Suisse n'a pas à rougir de sa défaite contre une Pologne supérieure dans tous les domaines. Malgré un début de partie réussi où elle a rapidement mené 8-2, l'équipe nationale n'a jamais semblé en mesure de renverser le cours du match.

La Pologne est entrée nerveuse sur le parquet, quelques jours après une défaite surprise contre la Belgique. Maladroite aux tirs, elle s'en est essentiellement remise à son imposant pivot Gortat (17 points), très efficace dans la raquette, pour revenir sur une Suisse qui marquait de plus en plus le pas.

Si les basketteurs helvétiques n'ont pas tardé à rectifier le tir et resserrer leur marquage sur le joueur des Phoenix Suns, la Pologne n'est pas dépendante d'un seul homme. Prenant peu à peu confiance, elle a creusé l'écart grâce à Ignerski et Koszarek, redoutables derrière la ligne des trois points.

Sans jamais lâcher prise, la Suisse n'est pas non plus parvenue à réduire un écart qui s'est stabilisé à une quinzaine de points peu après la mi-match. La précision du shoot de Mladjan (14 points) et la dextérité de David Ramseier n'ont pas suffi pour combler les trop nombreuses passes manquées et contre-attaques concédées. En dépit d'une belle réaction d'orgueil lors du dernier quart-temps, les joueurs locaux ont pêché par manque de constance. Un constat rageant lorsque l'on sait que la Suisse n'a pas été outrageusement dominée, comme le prouve son avantage aux rebonds (33-24).

«Nous avons été trop naïfs», a reconnu le sélectionneur Roduit, pour qui une défaite contre un tel adversaire n'a rien de dramatique. «Il y a eu du bon en défense et nous avons montré que l'on n'était pas à des années-lumière de ce genre d'équipe», a-t-il estimé. A vérifier dès mardi en Belgique, où la Suisse devra s'imposer contre un adversaire qui lui ressemble: sans star, mais avec des jeunes et un beau jeu d'équipe. (ats)

Ton opinion