Actualisé 30.09.2011 à 16:30

Crise en SyrieLa Suisse interdit la livraison de billets

La Suisse hausse le ton par rapport au régime syrien. Le pays a décrété l'interdiction de tout investissement pétrolier et de la livraison de pièces et de billets neufs à la banque centrale.

La Suisse a une fois de plus haussé le ton face à Damas en annonçant vendredi l'interdiction de tout nouvel investissement dans le secteur pétrolier syrien et de la livraison de pièces et de billets neufs à la Banque centrale de Syrie.

«Face à la répression exercée sans relâche contre la population par les forces de sécurité syriennes, le Conseil fédéral (gouvernement, ndlr) a décidé, à l'instar de l'UE, de durcir les sanctions prononcées à l'encontre de la Syrie», a déclaré le ministère de l'Economie dans un communiqué.

En vigueur le 1er octobre

Les nouvelles mesures entreront en vigueur le 1er octobre.

«Il est désormais interdit d'octroyer des prêts ou des crédits à toute personne ou entité syrienne exerçant des activités d'exploration, de production ou de raffinage de pétrole brut», expliquent les autorités helvétiques.

«Il est également défendu de livrer ou de vendre à la Banque centrale de Syrie des pièces ou des billets neufs libellés en monnaie syrienne», ajoutent-elles.

Les conséquences économiques des nouvelles mesures devraient être minimes, selon le ministère de l'Economie qui n'a pas connaissance d'investissements suisses dans le secteur pétrolier syrien.

Par ailleurs, précise-t-il, jusqu'à présent, les pièces et les billets libellés en monnaie syrienne fabriqués en Suisse n'étaient pas exportés en Syrie.

«Ces mesures visent donc avant tout à ce que les sanctions décrétées par l'UE ne puissent pas être contournées par le biais de la Suisse», souligne le ministère.

Déjà des interdictions concernant le pétrole

La semaine dernière, la Confédération helvétique avait déjà durci ses sanctions à l'encontre de la Syrie en interdisant l'importation, l'achat et le transport de pétrole et de produits pétroliers syriens.

La Suisse a déjà décrété un embargo sur les biens d'équipement militaires à l'encontre de la Syrie, interdit la livraison de biens susceptibles d'être utilisés à des fins de répression interne et ordonné des restrictions de déplacement visant 54 personnes physiques et 12 entreprises ou entités.

Des sanctions financières ont permis le gel en Suisse de valeurs patrimoniales d'un montant de quelque 45 millions de francs (36,9 millions d'euros). (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!