Visite de Micheline Calmy-Rey à Paris: «La Suisse n'est ni un paradis fiscal, ni un Etat voyou»
Actualisé

Visite de Micheline Calmy-Rey à Paris«La Suisse n'est ni un paradis fiscal, ni un Etat voyou»

La ministre des affaires étrangères Micheline Calmy-Rey a rencontré mercredi à Paris son homologue français Bernard Kouchner et le ministre du budget Eric Woerth, pour leur expliquer la nouvelle politique de la Suisse en matière de secret bancaire.

Elle a fait part de son mécontentement face au projet de l'OCDE d'inscrire la Confédération sur la liste noire des paradis fiscaux. «La Suisse n'est pas un Etat voyou», a-t-elle déclaré.

Micheline Calmy-Rey a informé Bernard Kouchner et Eric Woerth de la récente décision du Conseil fédéral de reprendre les standards de l'OCDE relatifs à l'entraide administrative en matière fiscale. «Le principe du secret bancaire n'est pas remis en cause», a expliqué devant la presse la ministre des affaires étrangères. Alors que jusqu'ici, la Suisse levait le secret bancaire uniquement pour donner des informations en matière de fraude fiscale, elle le lèvera désormais également, sur demande, pour des cas d'évasion fiscale. Cela se fera par le biais des conventions de double imposition, qu'il conviendra de renégocier. La France en a l'intention et en a fait part à Micheline Calmy-Rey, qui en «a pris acte».

«Nous étions ces derniers jours surpris, pour ne pas dire fâchés, de découvrir le nom de la Suisse sur une liste qu'a concocté l'OCDE de manière non transparente», a déclaré Micheline Calmy-Rey. «Je tiens à dire que la Suisse n'a pas sa place sur la liste des paradis fiscaux». Elle n'est «ni un paradis fiscal», «ni un Etat voyou». «Si on faisait une liste des pays où les lois sont les plus efficaces sur le blanchiment (...), nous serions très bien classés», a-t-elle déclaré.

Micheline Calmy-Rey a par ailleurs reconnu que l'assouplissement du secret bancaire n'avait pas été une décision «facile» pour la Suisse. Le fait que d'autres places financières importantes aient pris la même l'a toutefois rendue plus évidente. (ap)

Ton opinion