La Suisse n'est pas menacée de récession, selon Aymo Brunetti
Actualisé

La Suisse n'est pas menacée de récession, selon Aymo Brunetti

L'économie suisse devrait poursuivre sa croissance, malgré les incertitudes liées à la crise du crédit aux Etats-Unis.

Le chef-économiste du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco), Aymo Brunetti, ne compte pas sur une récession.

La mauvaise ambiance qui règne actuellement sur les marchés financiers reflète les grosses incertitudes quant aux effets de la crise des crédits hypothécaires aux Etats-Unis sur la conjoncture mondiale, a déclaré M. Brunetti dans une interview publiée samedi dans le «Blick». Certes, le rythme de la croissance de l'économie internationale et de la Suisse va ralentir, mais «nous n'attendons pas de récession».

L'économie helvétique affiche actuellement pour la quatrième année consécutive un taux de croissance dépassant 2 %, a relevé le chef-éconmiste du Seco. Il est normal, qu'à un moment, ce rythme connaisse une baisse de régime. Mais les données conjoncturelles demeurent bonnes, voire très bonnes, malgré les vives discussions que suscitent la crise bancaire, l'évolution des devises et du prix du pétrole.

La faiblesse du dollar n'a rien de dramatique pour l'économie suisse, a noté M. Brunetti. Certes l'affaiblissement du billet vert renchérit les exportations helvétiques, mais l'évolution du cours de l'Euro est encore plus importante pour la conjoncture helvétique. Et vis-à-vis de la monnaie unique le franc reste à un bas niveau.

Moteur indien et chinois

Selon l'économiste, la hausse des prix du pétrole ne va pas caler le moteur économique. Le phénomène reflète en partie la forte demande de la Chine et de l'Inde. Le boom de l'économie des deux géants asiatiques soutient la conjoncture mondiale, une évolution aussi favorable pour les pays exportateurs comme la Suisse.

(ats)

Ton opinion