Actualisé 27.05.2009 à 14:27

Différend avec l'OCDELa Suisse ne veut pas payer son dû à l'institution

La Suisse continue à bloquer les 136 000 euros qu'elle doit verser à l'OCDE.

Elle estime que le secrétaire général de l'institution, Angel Gurria, n'a toujours pas fait preuve de communication transparente, comme la Suisse le réclame.

Le montant a été bloqué jusqu'à ce que l'OCDE garantisse que la Suisse, en tant que membre payant de l'organisation, soit au préalable informé des décisions importantes de celle-ci, a indiqué à l'ATS la porte-parole du Secrétariat à l'économie (SECO), Rita Baldegger.

Entendant faire un geste symbolique, le directeur du SECO, Jean- Daniel Gerber, a gelé début avril ce poste au budget. Ce montant est normalement prévu pour la collaboration entre l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) et les pays du G20.

Pour rappel, l'OCDE a placé la Suisse sur une liste grise des paradis fiscaux sans en avoir informé la Suisse au préalable, une décision qui a fait des vagues. La confiance n'est toujours par rétablie depuis entre les deux parties.

En attendant, la Suisse met les bouchées doubles pour adapter ses accords de double imposition avec 23 pays. Le ministre des Finances, Hans-Rudolf Merz, entend signer 12 de ces accords révisés d'ici à la fin de l'année.

Cette révision des accords de double imposition est en effet l'une des conditions formulées par les principaux pays industriels pour tracer la Suisse de cette liste. Un accord vient d'être paraphé avec le Danemark et un autre avec un pays non mentionné, mais qui pourrait bien être le Luxembourg.

Hans-Rudolf Merz participera le 23 juin au sommet informel de l'OCDE à Berlin, qui portera sur le thème des oasis fiscales. Pour le chef du Département fédéral des finances, il s'agit avant tout de prendre la température et de défendre la position de la Suisse, a indiqué Delphine Jaccard, porte-parole du DFF. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!