Coronavirus – La Suisse ouvre la vaccination de rappel aux 12-15 ans

Publié

CoronavirusLa Suisse ouvre la vaccination de rappel aux 12-15 ans

Les enfants pourront eux aussi recevoir leur troisième dose, quatre mois après leur dernier vaccin. Il faudra leur administrer le Pfizer uniquement.

par
M.P./comm
Le but de ce booster destiné aux 12-15 ans est d’augmenter leur protection contre une infection bénigne et contre d’autres répercussions négatives, selon l’OFSP.

Le but de ce booster destiné aux 12-15 ans est d’augmenter leur protection contre une infection bénigne et contre d’autres répercussions négatives, selon l’OFSP.

Getty Images

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) recommandent ce 21 janvier la vaccination de rappel à tous les jeunes âgés de 12 à 15 ans ainsi qu’aux personnes qui ont jusqu’ici reçu une dose de vaccin Janssen.

Cette vaccination de rappel avec un vaccin à ARNm est donc désormais recommandée à tous (excepté les moins de 12 ans) après quatre mois. «Ces recommandations visent à renforcer la protection individuelle contre une infection et les formes graves de la maladie et à freiner la transmission et la propagation du virus dans la situation épidémiologique actuelle», selon l’OFSP.

Le but de ce booster destiné aux 12-15 ans est d’augmenter leur protection contre une infection bénigne et contre d’autres répercussions négatives (quarantaine, isolement) et de réduire le risque de transmission à des contacts étroits (personnes vivant sous le même toit), en particulier à des personnes qui présentent une immunodéficience sévère et qui sont moins bien protégées malgré la vaccination.

Pas d’autorisation de Swissmedic

Pour ce groupe d’âge, le vaccin à ARNm de Pfizer doit être utilisé pour l’injection de rappel. Elle est recommandée au plus tôt quatre mois après la primo-vaccination, lorsque aucune infection confirmée n’est survenue durant ce laps de temps. Elle se fait en dehors de l’autorisation délivrée par Swissmedic. La recommandation se base sur les données concernant l’efficacité du rappel pour les jeunes adultes et sur les données concernant la sécurité qui ont motivé son autorisation par la Food and Drug Administration (FDA) aux États-Unis. «Les données sont examinées de près», précise l’OFSP.

Deuxième dose de Janssen en rappel

Depuis fin décembre 2021, une deuxième dose de vaccin Janssen (une seule dose pour la primo-vaccination) est autorisée par Swissmedic pour l’injection de rappel. Mais l’OFSP et la CFV préféreraient que les gens reçoivent plutôt un vaccin à ARNm comme booster, jugé plus efficace contre Omicron (voire ci-dessous). Du coup ils recommandent explicitement cette deuxième dose (au plus tôt deux mois après la primo-vaccination) uniquement pour les personnes de 18 ans et plus qui ont déjà reçu une dose de vaccin Janssen et qui ne peuvent pas recevoir de vaccins à ARNm pour des raisons médicales ou qui ne veulent pas parce qu’ils les refusent. Cette deuxième dose de Janssen peut également être recommandée aux personnes de 18 ans et plus qui ont été primo-vaccinées avec un vaccin à ARNm mais qui ne peuvent pas recevoir une vaccination de rappel avec des vaccins à ARNm pour des raisons médicales ou parce qu’ils les refusent depuis.

En cas d’infection confirmée au moins quatre semaines après la première dose de vaccin Janssen, la deuxième dose de vaccin Janssen ou une vaccination de rappel avec un vaccin à ARNm sont recommandées quatre mois après l’infection.

Vaccin à ARNm plus efficaces contre Omicron

Les données indiquent qu’une injection de rappel avec un vaccin à ARNm offre une protection plus élevée contre une infection symptomatique au variant Omicron qu’une deuxième dose de vaccin Janssen. C’est pourquoi la CFV et l’OFSP recommandent le rappel en priorité avec des vaccins à ARNm, également pour les personnes qui ont reçu une dose de Janssen. Une injection de rappel avec une dose de vaccin à ARNm (hors étiquette) est recommandée aux personnes de 18 ans et plus qui ont reçu il y a plus de quatre mois une dose de vaccin Janssen, si aucune infection n’est survenue entre-temps.

Il est recommandé aux personnes de 18 ans et plus, qui ont reçu il y a moins de quatre mois une dose de vaccin Janssen, de compléter la primo-vaccination par une dose de vaccin à ARNm, et ce avec un intervalle d’au moins 28 jours après la première dose. L’injection de rappel recommandée avec un vaccin à ARNm devrait avoir lieu au plus tôt quatre mois après la primo-vaccination, si aucune infection n’est survenue entre-temps.

Pour les personnes de 18 ans et plus qui ne peuvent pas recevoir une troisième dose d’un vaccin à ARNm pour des raisons médicales ou qui la refusent, il est possible, si aucune infection n’est survenue entre-temps, d’administrer une dose de vaccin Janssen comme rappel hétérologue dans le cadre de l’autorisation au plus tôt quatre mois après la primo-vaccination avec un vaccin à ARNm.

Rappelons enfin que dès le 31 janvier, la validité des certificats Covid sera ramenée d’un an à neuf mois, après la dernière dose de vaccin reçue. Ce qui signifie que toute personne dont le dernier vaccin remonte entre février et avril 2021 devra avoir reçu d’ici le 1er février, un rappel pour avoir un certificat valable.

Ton opinion

76 commentaires