La Suisse perd sept places au classement climatique par pays

Publié

EnvironnementLa Suisse perd sept places au classement climatique par pays

Notre pays se classe au 22e rang du dernier classement de l’indice de la protection du climat. Pour le WWF, il devient urgent de réagir.

La Suisse est en jaune dans le classement 2022.

La Suisse est en jaune dans le classement 2022.

CCPI/Capture d’écran

En 2022, la Suisse s’est classée au 22e rang du classement de l’indice de la protection du climat (Climate Change Performance Index, CCPI). Elle perd sept places par rapport à 2021, annonce ce lundi le WWF. «La Suisse obtient surtout de mauvaises notes dans les sous-catégories «Objectif de développement des énergies renouvelables à l’horizon 2030» et «Consommation d’énergie par habitant» mais est également mal notée dans la catégorie «Politique nationale».

La Suisse est désormais moins bien notée que l’Égypte (20e), les Philippines (12e) et l’Union européenne (19e). Une situation qui ne surprend pas le WWF qui déplore dans un communiqué de presse que «notre politique climatique actuelle repose toujours sur les débats politiques de 2010, c’est-à-dire bien avant l’Accord de Paris sur le climat».

CCPI/Capture d’écran

Le WWF appelle désormais la Suisse à «ne pas laisser l’écart se creuser». L’organisation voit «trois grandes occasions de combler ce retard». En juin prochain aura lieu la votation populaire sur le contre-projet indirect à l’initiative pour les glaciers. «Un OUI aux urnes signifierait une baisse des émissions de gaz à effet de serre à zéro net d’ici 2050», assure le WWF.

Il faut aussi que le peuple «saisisse l’occasion de la révision de la loi sur l’énergie et de celle sur le CO2, afin de développer l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables et de réduire notablement les émissions.», poursuit Patrick Hofstetter, expert de la protection du climat au WWF Suisse.

Pas de top 3

«En sortant du Top 20, la Confédération sort de la liste des pays considérés comme efficaces dans la lutte contre le réchauffement climatique», note, de son côté, Greenpeace Suisse. Mais comme au WWF, la situation ne surprend pas. Pour Georg Klingler, expert climat et énergie chez Greenpeace Suisse, «ce qui est particulièrement choquant, c’est la logique du Conseil fédéral qui consiste à embellir les efforts de protection du climat en Suisse avec des mesures réalisées à l’étranger».

Si les émissions faites à l’étranger doivent être réduites, «ces réductions ne doivent toutefois en aucun cas se substituer aux mesures réalisées en Suisse. La politique actuelle n’est rien d’autre que du greenwashing», dénonce-t-il.

L’indice de la protection du climat

(comm/aze)

Ton opinion

115 commentaires