Crise migratoire: La Suisse plaide pour des quotas contraignants
Actualisé

Crise migratoireLa Suisse plaide pour des quotas contraignants

Simonetta Sommaruga et le président slovène Borut Pahor ont plaidé mardi à Ljubljana en faveur d'un système de quotas contraignants pour la répartition des réfugiés en Europe.

1 / 224
12.08 La «Jungle» de Calais, où affluent régulièrement des migrants espérant passer en Angleterre, accueille aujourd'hui plus de 9000 personnes, soit 2000 de plus qu'en juillet.

12.08 La «Jungle» de Calais, où affluent régulièrement des migrants espérant passer en Angleterre, accueille aujourd'hui plus de 9000 personnes, soit 2000 de plus qu'en juillet.

AFP/Philippe Huguen
Parmi ces 9106 personnes recensées dans les différentes zones du bidonville par les associations l'Auberge des Migrants et Help Refugees, on compte 865 mineurs, dont 676 non accompagnés, ont précisé vendredi deux ONG actives dans le bidonville.

Parmi ces 9106 personnes recensées dans les différentes zones du bidonville par les associations l'Auberge des Migrants et Help Refugees, on compte 865 mineurs, dont 676 non accompagnés, ont précisé vendredi deux ONG actives dans le bidonville.

AFP/Philippe Huguen
24.07.2016 L'île grecque de Lesbos se trouve vidée de ses touristes alors que plus de 800'000 réfugiés sont passés par là en 2015.

24.07.2016 L'île grecque de Lesbos se trouve vidée de ses touristes alors que plus de 800'000 réfugiés sont passés par là en 2015.

AFP/Louisa Gouliamaki

La présidente de la Confédération et son homologue slovène ont estimé que des solutions nationales ne suffiraient pas à trouver une issue à l'actuelle crise des réfugiés, a indiqué le Département fédéral de justice et police (DFJP) dans un communiqué. Ils ont appelé l'UE à trouver des solutions pour une politique d'asile commune solidaire.

«Seul un système de partage (des réfugiés) peut fonctionner dans ce genre de situation imprévisible», a déclaré Mme Sommaruga, citée par Reuters, durant une conférence de presse. M. Pahor a de son côté jugé que la crise des migrants pourrait être pour l'Europe encore plus difficile à résoudre que la crise financière mondiale de 2008.

160'000 au total

Lundi, les ministres de l'intérieur de l'UE et des pays membres de l'espace Schengen, dont Mme Sommaruga, n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur un système de répartition des réfugiés. Ils ont trouvé un accord de principe a minima pour se répartir 120'000 demandeurs d'asile supplémentaires arrivés ces derniers mois, en plus des 40'000 acceptés en mai sur la base d'une répartition volontaire.

La Slovénie s'était dit prête lundi à recevoir «plusieurs milliers» de migrants si le flux de réfugiés devait se détourner vers ce pays après la fermeture par Budapest de la frontière serbo-hongroise. Le ministère de l'Intérieur a appelé les communes et les citoyens à faire preuve de «solidarité» en accueillant si nécessaire des migrants.

«Immigration de masse»

La présidente de la Confédération a aussi profité de cette visite pour informer ses interlocuteurs slovènes de l'état des discussions concernant les consultations en cours avec la Commission européenne sur la mise en oeuvre de l'initiative populaire «contre l'immigration de masse», précise le communiqué.

Les deux présidents ont par ailleurs salué l'étroite coopération entre des pays «très semblables sur bien des points», selon le mot de Mme Sommaruga. La Suisse est le deuxième investisseur en Slovénie, après l'Autriche, selon le DFJP. Elle a aussi débloqué 22 millions de francs depuis 2004 dans le cadre du «milliard de cohésion».

Mercredi, au second jour de sa visite en Slovénie, la présidente de la Confédération doit aller visiter des projets soutenus par la Suisse dans le nord et l'ouest du pays. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion