Énergies renouvelables - La Suisse pourrait être complètement autosuffisante
Publié

Énergies renouvelablesLa Suisse pourrait être complètement autosuffisante

Une nouvelle étude montre qu’avec les seules énergies renouvelables, notre pays pourrait presque se passer des fournisseurs d’électricité étrangers et ainsi atteindre une neutralité optimale en matière de CO2.

par
Jan Graber
L’emplacement idéal pour tirer de l’électricité à partir des parcs éoliens est la région du Jura, comme ici au Mont-Soleil.

L’emplacement idéal pour tirer de l’électricité à partir des parcs éoliens est la région du Jura, comme ici au Mont-Soleil.

Durandi/Tamedia

Lorsque le Conseil fédéral a interrompu les négociations sur l’accord-cadre avec l’Union européenne, les médias ont immédiatement braqué leurs projecteurs sur la question de l’approvisionnement en électricité. Il s’agissait de savoir comment éviter d’éventuels goulets d’étranglement, notamment pendant les mois hivernaux. Si l’on ne prenait pas en compte les centrales nucléaires, la Suisse accuserait un déficit d’électricité de 29 térawattheures, soit l’équivalent de 46% de la demande totale du pays sur un an. La partie restante, quant à elle, est déjà couverte par l’hydroélectricité et d’autres sources d’énergie.

Au moment même où le Conseil fédéral a mis un terme à l’accord-cadre, des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et de l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches (SLF) publiaient une étude attestant d’une solution possible. Les trois quarts de la demande énergétique manquante pourraient être couverts par l’énergie éolienne et le dernier quart par l’énergie solaire – pour autant que les centrales soient situées aux bons endroits.

L’énergie éolienne du Jura

Ces résultats reposent sur une méthode de calcul développée par les chercheurs Jérôme Dujardin, Annelen Kahl et Michael Lehning. Celle-ci montre quelles énergies renouvelables sont les mieux adaptées à tel ou tel endroit. Elle tient compte de la topographie, du microclimat et du stockage de l’énergie hydraulique. Les données météorologiques et satellitaires ont également été utilisées. La Suisse a ainsi servi aux scientifiques de première étude de cas.

Ils ont constaté que le Jura, par exemple, est la région la mieux adaptée pour les centrales éoliennes. Par conséquent, d’après eux, 40% des éoliennes devraient être situées là-bas, plus précisément dans des zones inhabitées. Les autres centrales pourraient être réparties dans les Préalpes et les Alpes. Cette configuration tient compte de la nécessité d’avoir une distance d’au moins 500 mètres entre les éoliennes et les bâtiments résidentiels.

Pour avoir un meilleur rendement, les panneaux solaires – comme ceux situés sur le lac des Toules (VS) – devraient être posés en montagne.

Pour avoir un meilleur rendement, les panneaux solaires – comme ceux situés sur le lac des Toules (VS) – devraient être posés en montagne.

20min/François Melillo

Les villes ne sont guère adaptées à l’énergie solaire

Selon cette étude, les centrales solaires devraient principalement se trouver dans les Alpes. En hiver, le soleil y brille plus souvent et la réflexion de la neige intensifie davantage les rayonnements. Les villes ne sont en revanche guère adaptées, la nébulosité y étant trop présente en hiver. La fluctuation de la production d’électricité serait gérée grâce à l’accumulation par pompage et aux lacs réservoirs.

Michael Lehning, professeur et directeur du Laboratoire de recherche cryosphérique, est conscient qu’il s’agit là d’hypothèses optimales. «L’étude se base sur un scénario extrême, qui peut difficilement être mis en œuvre», affirme-t-il. Les centrales éoliennes, par exemple, auraient du mal à s’implanter en Suisse. Il appartient aux responsables politiques de trouver un juste milieu qui soit viable.

«Mais nous voulions surtout montrer qu’un approvisionnement stable, avec une neutralité totale en matière de CO2, serait possible», précise-t-il. D’après lui, la publication de cette étude au moment même où le Conseil fédéral met un terme à l’accord-cadre n’est que pure coïncidence.

Ton opinion