Suisse: La Suisse prend part aux commémorations
Actualisé

SuisseLa Suisse prend part aux commémorations

La Suisse se souvient avec le reste du monde la fin de la Seconde Guerrre mondiale, 70 ans après son épilogue.

Le Conseil fédéral a lancé vendredi un appel pour une résolution politique des conflits sur la base du droit international.

Le gouvernement demande en particulier à tous les Etats participants de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) d'assurer la paix et la sécurité sur le «Vieux Continent», indique le Département fédéral des affaires étrangères dans un communiqué.

Cantons et villes se recueillent aussi. Le canton de Schaffhouse a organisé une fête officielle avec une centaine d'invités. A Zurich, une plaque commémorative doit être inaugurée en fin de journée.

Les cloches sonneront dans plusieurs communes. A l'initiative du Parti socialiste, des «tilleuls de la paix» doivent être plantés à Berne, Zurich et Morgarten (SZ) notamment, comme de nombreuses personnes l'avaient fait le 8 mai 1945.

L'Allemagne se souvient

La fin de la Seconde Guerre mondiale a été «pour tout le continent un jour de libération» mais cela n'a pas été «un jour où les Allemands sont parvenus à se libérer par eux-mêmes», a déclaré le président du Bundestag, Norbert Lammert. Il a remercié ceux qui «au prix d'impensables pertes ont mis fin au règne de la terreur nazie».

Et d'ajouter: «Aujourd'hui, nous nous souvenons des millions de victimes d'une entreprise de destruction sans précédent, menée contre d'autres peuples et nations, contre les Slaves, contre les Juifs européens». La cérémonie a réuni les élus des deux chambres, en présence de la chancelière Angela Merkel et du président Joachim Gauck.

«Appétit de réconciliation»

M. Lammert a salué l'attitude des voisins de l'Allemagne dont «l'appétit de réconciliation est aussi inédit dans l'histoire que la catastrophe qui l'a précédé».

Le 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale occupe une large place dans la presse allemande de vendredi. «La fin, le début», titre le grand quotidien de Munich «Süddeutsche Zeitung» qui consacre dix pages à l'événement.

«Sombre passé»

«Le pays a changé - en quelques décennies, une société libre s'est établie. Enfants et petits-enfants s'efforcent de comprendre ce sombre passé», souligne le quotidien conservateur «Die Welt».

A la une de ce journal, une photo du Reichstag mêle les deux époques: le bâtiment en ruines, il y a 70 ans, sous la surveillance d'un char russe, et celui d'aujourd'hui, rénové avec la célèbre coupole de l'architecte britannique Norman Foster.

Selon un sondage YouGov publié fin avril, trois quarts des Allemands (76%) considèrent la fin de la Guerre comme une libération de leur pays, plutôt que comme une défaite. (ats)

La Grande-Bretagne fête le «Victory Day»

Dans une concordance d'agendas cocasse, vainqueurs et vaincus des législatives devaient figurer côte à côte à partir de 15h00 (16h00 en Suisse) devant le Cénotaphe à Londres. Le mémorial se trouve à un jet de pierre du 10, Downing Street, résidence officielle du premier ministre.

Sur la lancée de sa victoire surprenante, David Cameron devait être présent en tant qu'actuel et futur Premier ministre. Nicola Sturgeon s'y rendra en tant que leader du SNP écossais, l'autre grand vainqueur du scrutin législatif. Le principal candidat du Labour, Ed Miliband, et le dirigeant libéral-démocrate Nick Clegg, tenteront de faire bonne figure après une nuit cauchemardesque.

De Glasgow à Birmingham, de Cardiff à Londres, la nation sera alors plongée dans le silence pour deux minutes, soixante-dix ans après le discours historique de Winston Churchill à la radio, proclamant la fin de la guerre.

Le 8 mai 1945, le pays célébrait la victoire sur les nazis dans la liesse. Il sortait de six ans de bombardements meurtriers, une bataille d'Angleterre remportée dans le ciel et des combats ayant coûté la vie à près de 400'000 Britanniques.

La cérémonie devant le Cénotaphe donne le coup d'envoi à trois jours de commémorations. Samedi, les cloches des cathédrales à travers le pays doivent sonner. Un concert sur la place Horse Guards Parade, au centre de Londres, va réunir la star de l'opéra Katherine Jenkins, la chanteuse Pixie Lott et les vétérans du groupe rock Status Quo.

Ton opinion