Jour du dépassement: la Suisse a épuisé les ressources le 15 mai
Publié

Jour du dépassementLa Suisse repousse la date de deux jours mais reste loin du compte

Le jour à partir duquel la Suisse vit «à crédit» du point de vue environnemental a reculé de deux jours. Les écologistes oscillent entre alarmisme et résignation.

Fin 2018, le lac de Bret dans le canton de Vaud s’était retrouvé presque à sec.

Fin 2018, le lac de Bret dans le canton de Vaud s’était retrouvé presque à sec.

20min/Lecteur-reporter

Du 1er janvier à ce vendredi 13 mai 2022, la Suisse a utilisé autant de ressources que ce la planète peut régénérer en une année. En d’autres termes, il faudrait 2,8 planètes pour que celles-ci survivent à long terme si tous leurs habitants vivaient comme les Suisses. C’est ainsi qu’est calculé chaque année le «Jour du dépassement», ou «Overshoot Day» en langage globalisé, date à partir de laquelle un pays vit «à crédit, c’est-à-dire sur le dos des générations futures», écrit le WWF.

L’équilibre dans plus d’un siècle

L’an dernier, le Jour du dépassement suisse était tombé le 11 mai, ce qui veut dire que la Suisse fait un peu mieux qu’auparavant. Mais vraiment un tout petit peu. À ce rythme, il faudrait encore 116 ans pour que la Suisse parvienne  à une consommation neutre du point de vue environnemental.

Du côté des optimistes, le WWF écrit ce jour que «notre planète, le climat et la biodiversité n’ont pas besoin d’une seule personne perfectionniste. En revanche, si des milliers de citoyens agissent, même imparfaitement, ils peuvent avoir un impact considérable.» Sur son site, l’organisation donne quelques conseils pour faire mieux, chacun à son échelle: prendre moins l’avion, manger moins de viande, utiliser les transports publics… et voter pour des écolos! 

«Faire comme les politiciens: rien»

D’autres sont plus blasés par la situation. La Grève du climat, par exemple, a décidé, vendredi, d’imiter les politiciens. Et donc de ne rien faire. «Malgré de nouveaux rapports toujours plus sombres sur l'évolution de la crise climatique, la politique n'agit pas de manière appropriée. Elle se tait et se repose. C'est ainsi que les activistes de la Grève du climat ont décidé, en guise de protestation, d'en faire autant que les politiciens depuis le début de la crise climatique», dit le groupe dans un communiqué, l’illustrant avec une personne couchée dans l’herbe sur le dos en train de se relaxer.

La Suisse en milieu de classement

En comparaison internationale, la Suisse n’a pas vraiment de quoi pavoiser. Elle arrive certes après le champion du monde qu’est le Qatar (10 février) ou le Luxembourg (14 février), ainsi qu’après une grande partie des pays occidentaux, mais elle arrive devant des pays comme la Chine (2 juin), le Brésil (12 août), ou les deux «meilleurs élèves» que sont l’Équateur (6 décembre) et la Jamaïque (20 décembre). 

(ywe)

Ton opinion

112 commentaires