Actualisé

ElectricitéLa Suisse risque une marginalisation en Europe

La Suisse pourrait être l'oubliée des marchés européens de l'électricité.

Faute d'accord bilatéral avec l'UE, la Suisse ne participera pas au couplage des marchés européens de l'électricité. Selon le Conseil fédéral, les inconvénients devraient être supportables à court terme, mais les problèmes vont se multiplier. Il n'y a pas d'alternative à l'accord sur l'électricité.

L'UE va intégrer davantage son marché intérieur de l'électricité grâce à un nouveau système de négoce, appelé Market Coupling en anglais. Le courant et la capacité de transport ne seront plus séparés. En les réunissant, le système doit permettre un meilleur négoce, avec tendanciellement des prix plus bas.

Dans les régions couplées, les prix du marché de gros ont tendance à se rapprocher, ce qui pourrait avantager l'économie,, explique le Conseil fédéral en réponse à une interpellation de Bernhard Guhl (PBD/AG). Sans accord avec l'électricité, les possibilités pour l'industrie suisse de participer aux mécanismes de capacité en Europe diminuent.

Des démarches actives visant à marginaliser la Suisse ne sont pas exclues. Et le gouvernement de citer l'exclusion de Swissgrid du Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d'électricité ou l'exclusion de la Suisse des marchés transfrontaliers de l'énergie de réglage. A plus long terme, un plus grand nombre de lignes électriques pourraient contourner la Suisse.

Courant plus cher

La flexibilité de la force hydraulique, principal avantage concurrentiel de l'industrie électrique helvétique, pourrait aussi être réduite. L'importation de courant européen coûtant plus cher, les prix du courant pourraient grimper en Suisse.

Des progrès ont été réalisés en vue de la conclusion d'un accord bilatéral, mais l'UE veut une solution globale sur ses relations avec la Suisse. Le texte est en outre gelé depuis l'adoption de l'initiative sur l'immigration de masse.

Fin 2014, les Etats membres et la Commission ont adopté un règlement stipulant qu'une participation helvétique au couplage était exclue sans accord sur l'électricité. Le texte entre en vigueur le 1er juillet.

Le 29 janvier, le commissaire européen à l'énergie Miguel Arlas Canete a indiqué à la conseillère fédérale Doris Leuthard qu'il était prêt à garantir l'accès de la Suisse au couplage pour autant qu'un accord transitoire sur l'électricité soit négocié d'ici à juin. L'Espagnol doit venir à Berne fin mars pour évaluer la situation des négociations. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!