Hockey sur glace: La Suisse s'incline face à la Biélorussie

Actualisé

Hockey sur glaceLa Suisse s'incline face à la Biélorussie

La Suisse a perdu 3-1 face à la Biélorussie vendredi à Zilina.

L'unique but suisse a été l'oeuvre du Davosien Enzo Corvi.

L'unique but suisse a été l'oeuvre du Davosien Enzo Corvi.

photo: Keystone

La Suisse s'est inclinée 3-1 face à la Biélorussie pour son premier match de la Slovakia Cup à Zilina. Son manque de percussion devant le but adverse l'a empêché de réaliser un meilleur résultat. La sélection helvétique remettra ça samedi contre la Slovaquie (17h00).

Après un premier tiers-temps prometteur mais sans véritable occasion de but, la jeune sélection helvétique a subi de plus en plus la pression de la Biélorussie, qui reposait sur une véritable ossature formée de joueurs du Dinamo Minsk, membre de la KHL.

La partie a basculé à la mi-match quand Anthony Huguenin est allé rejoindre sur le banc des pénalités Yannick Rathgeb. Le défenseur biennois avait dégagé le palet dans les gradins près du camp biélorusse. «Je n'ai pas eu de chance. Le puck s'est mis sur la tranche quand j'ai amorcé mon tir», relevait l'arrière du HC Bienne. Les Biélorusses n'ont pas laissé passer leur chance pour ouvrir la marque par Kulakov à 5 contre 3 (30e)

Manque de métier

La situation des Suisses s'est sérieusement compliquée dès le début de la dernière période. Demkov a profité d'un rebond du palet sur la bande derrière Robert Mayer pour le battre de près. Le portier de Genève-Servette n'a pas démérité. Il a longtemps retardé l'échéance mais il a aussi apporté des frissons au sein de la défense par ses sorties parfois aventureuses.

C'est quand ils furent menés 2-0 que les Suisses ont payé leur manque de métier devant le but adverse. «C'est vraiment la finition qui nous a fait défaut, relevait Killian Mottet, qui a joué au côté du meilleur attaquant suisse sur la glace: Alessandro Bertaggia. L'ailier de Lugano a trouvé des brèches dans la défense biélorusse. A la 50e, il a ajusté le poteau - et c'était vraiment un poteau intérieur - alors que la Suisse faisait le forcing pour revenir.

La palme des plus belles occasions manquées est sans doute revenue à Dominic Lammer. Le Zougois s'est présenté deux fois seul devant le portier de Dinamo Minsk, Dmitri Milchakov pour échouer les deux fois. C'est finalement en supériorité numérique que le Davosien Enzo Corvi a trouvé la faille (58e). Cela a permis de vivre quelques minutes folles où Tristan Scherwey a vu son tir passer à quelques centimètres du poteau biélorusse. Même la pénalité tardive de Schäppi ne coupait pas l'élan helvétique. Bertaggia surgissait dans les dernières secondes pour se créer une occasion en infériorité numérique. Sur le contre, Demkov assurait la victoire de Biélorussie dans une cage désertée par Mayer.

Fischer pas content

Après cette défaite qu'il sera difficile de corriger contre une redoutable sélection slovaque, le coach Patrick Fischer l'avait mauvaise: «Naturellement, nous ne pouvons pas être satisfaits. Nous n'avons pas montré beaucoup de fluidité dans le jeu. Et nous n'avons pas pu beaucoup créer en zone offensive. Après la première période, nous avons clairement baissé de niveau. D'un autre côté, je dois relever que la Biélorussie mérite nos compliments. Ils ont joué fort, très agressifs et nous ont laissé peu de temps de réaction.»

Huguenin confirmait les propos de son entraîneur. «Dès le deuxième tiers-temps, les Biélorusses nous ont pressés très haut. Nous n'avions pratiquement pas le temps de faire la passe.»

La Suisse disputera samedi son deuxième match. Elle pourrait même encore gagner le tournoi mais elle aura besoin d'un succès avec trois buts d'écart. «Je pense que nous allons livrer un meilleur match samedi», se persuade Patrick Fischer. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion