Exposition universelle: La Suisse soigne sa présence
Actualisé

Exposition universelleLa Suisse soigne sa présence

Micheline Calmy-Rey a visité dimanche le pavillon suisse de l'exposition universelle de Shanghai, ainsi que le pavillon commun des villes de Bâle, Genève et Zurich.

La cheffe du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) entamait une visite de travail officielle de trois jours en Chine.

La conseillère fédérale s'est déclarée «convaincue que la participation de la Suisse à ce type d'exposition est nécessaire. C'est important qu'on soit présent, qu'on montre ce qu'on est.» Elle a constaté que le pavillon faisant dans le «pittoresque, le traditionnel», une approche qui permet aussi «de montrer la Suisse moderne».

Bien que de son propre aveu peu encline à ce genre d'amusements, Micheline Calmy-Rey a accepté de faire un tour sur le fameux télésiège, principale attraction du pavillon suisse. Selon son directeur Manuel Salchli, l'installation ne connaît plus depuis vendredi matin ses problèmes de jeunesse: le télésiège est désormais également opérationnel par temps de pluie.

Micheline Calmy-Rey a ensuite visité le pavillon commun des villes de Bâle, Genève et Zurich, et s'est félicitée des bons exemples du savoir-faire technologique suisse qu'il présente. La ministre a testé un petit four à raclette qui fonctionne à la bougie, l'un des produits suisses les plus demandés dans le magasin du pavillon suisse.

La visite de l'expo s'est terminée par celle du pavillon chinois. Micheline Calmy-Rey s'est déclarée «très impressionnée» par les trésors culturels qu'on y découvre, et les prouesses technologiques qui y sont déployées. La soirée de dimanche était consacrée à une rencontre avec la vice-maire de Shanghai Shao Wen.

Mettre aussi les problèmes sur la table

Micheline Calmy-Rey doit se rendre lundi matin à Pékin, pour y rencontrer le vice-premier ministre chinois Li Keqiang, puis en soirée la communauté suisse de Pékin. Elle doit s'entretenir mardi avec son homologue le ministre chinois des affaires étrangères Yang Jiechi.

Son séjour fait suite à la signature en 2007 d'un «mémoire d'entente» entre la Suisse et la Chine, qui prévoit l'approfondissement des relations bilatérales entre les deux pays ainsi que des rencontres régulières aux niveaux des experts, des secrétaires d'Etat et des ministres.

«L'important c'est de mettre sur la table tout ce qu'on a comme atouts dans le partenariat avec la Chine, mais aussi ce qu'on peut avoir comme problèmes. Essayer de résoudre les problèmes et renforcer notre coopération», a expliqué Micheline Calmy-Rey, qui est aussi en Chine pour commémorer les 60 ans de relations diplomatiques entre les deux pays.

Sur la question des droits de l'homme, la conseillère fédérale rappelle que «la Suisse entretient depuis de nombreuses années un dialogue avec la Chine.» Interrogée sur sa volonté d'évoquer des cas concrets de dissidents lors de ses entretiens avec les autorités chinoises, Micheline Calmy-Rey a déclaré que «quand il y a des personnes en cause, bien sûr on les évoque.»

(ats)

Ton opinion