Actualisé 07.12.2010 à 05:54

Sommet sur le climatLa Suisse veut se montrer créative

La première semaine du sommet sur le climat à Cancún, au Mexique, a été marquée par des difficultés et des querelles. La Suisse entend les faire progresser.

La première semaine du sommet a été «difficile», selon Franz Perrez, le chef de la délégation suisse.

La première semaine du sommet a été «difficile», selon Franz Perrez, le chef de la délégation suisse.

La Suisse a fait une proposition visant à financer le Fonds pour le climat.

«Ce Fonds est une étape très importante pour la poursuite des négociations», a déclaré lundi à l'ATS Franz Perrez, chef de la délégation suisse à Cancún. Les pays en développement ont en effet demandé plus de fonds pour la réalisation des objectifs climatiques.

La première semaine du sommet, qui se tient jusqu'au 11 décembre, a été «difficile», selon M. Perrez. «Les rencontres ont été dominées par des discussions de procédure», a-t-il expliqué. Le contenu n'a donc pas été directement évoqué, mais plutôt la façon dont il devrait être négocié.

Tout avancement a été notamment bloqué en ce qui concerne le pétrole et le gaz d'exportation des pays en développement, tels le Venezuela et la Bolivie, car ceux-ci voulaient négocier chaque mot individuellement, a affirmé M. Perrez.

Situation de blocage

M. Perrez a également relevé un autre problème, celui d'une situation de «blocage» entre pays industrialisés et pays en voie de développement: pour qu'un pas puisse encore être fait à Cancún en direction d'un nouvel accord climatique, les pays industrialisés devraient être les premiers à s'engager pour des objectifs climatiques, a-t-il souligné. Mais ceux-ci veulent d'abord savoir, si les principaux pays en développement ont laissé entendre qu'ils seraient d'accord.

«Maintenant, les pays développés doivent montrer qu'ils veulent faire des progrès», a déclaré M. Perrez. Selon lui, c'est seulement de cette manière que la communauté des Etats pourra sortir de l'impasse. Et, sur ce point, la Suisse pourrait jouer un rôle important, assure-t-il.

De la créativité

«Il faut parfois faire preuve de beaucoup de créativité pour convaincre tout le monde et la délégation suisse s'attelle à cela», a ajouté M. Perrez.

Mercredi et jeudi, la présidente de la Confédération et ministre de l'environnement Doris Leuthard prendra part à la conférence sur le climat. En plus d'un discours devant le sommet, la conseillère fédérale dirigera le groupe d'Intégrité Environnementale. Ce groupe, chapeauté par la Suisse, inclu également le Mexique et la Corée du Sud. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!