Présidentielle - La Syrie finalise la liste de ses candidats
Publié

PrésidentielleLa Syrie finalise la liste de ses candidats

En Syrie, l’élection présidentielle prévue le 26 mai a connu une nouvelle étape avec la validation des candidats par les parlementaires, mercredi.

Bachar al-Assad devrait sans surprise briguer un 4e mandat.

Bachar al-Assad devrait sans surprise briguer un 4e mandat.

Reuters

Les parlementaires syriens ont fini de voter mercredi pour leur candidat favori en vue de l’élection présidentielle prévue le 26 mai, un scrutin qui semble acquis d’avance au président Bachar al-Assad, au pouvoir depuis deux décennies déjà.

Selon l’agence officielle Sana, 51 personnes dont sept femmes – une première – ont déposé leur candidature avant l’échéance de mercredi.

Soutien de 35 députés

Pour prétendre à la magistrature suprême, les postulants doivent toutefois recueillir le soutien de 35 députés sur les 250 que compte le Parlement – presque tous acquis au parti Baas de Bachar al-Assad –, avant mercredi soir, selon le secrétaire général du Parlement, Salloum al-Salloum, cité par le quotidien pro-Damas Al-Watan.

«Le processus en vertu duquel les parlementaires approuvent les candidats à l’élection présidentielle s’est achevé», a indiqué Sana en fin d’après-midi. Aucune date n’a été annoncée pour la publication de la liste finale des candidats à l’élection considérée par beaucoup comme un simulacre de démocratie.

Damas a invité des parlementaires de pays alliés tels que la Russie, l’Iran, la Chine, le Venezuela et Cuba à «observer le processus électoral». Ce scrutin sera le deuxième organisé depuis le début en 2011 d’un conflit dévastateur qui a fait plus de 388’000 morts et déplacé plus de la moitié de la population syrienne.

Un 4e mandat

À l’exception de Bachar al-Assad, qui devrait sans surprise briguer un 4e mandat, les candidats sont majoritairement inconnus.

La loi électorale impose aux candidats d’avoir vécu en Syrie pendant une période de 10 ans «de manière continue» lors du dépôt de candidature, empêchant de facto les personnalités exilées de l’opposition de se présenter. En 2014, Bachar al-Assad avait remporté l’élection avec plus de 88% des voix. Seuls deux concurrents étaient en lice.

L’actuel président avait accédé au pouvoir en 2000 par référendum, après la mort de son père, Hafez al-Assad, lui-même à la tête de la Syrie trois décennies durant. La présidentielle du 26 mai intervient dans un contexte d’effondrement économique, marqué par une dégringolade de la monnaie nationale face au dollar et une explosion de l’inflation.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires