Tessin: La taxe au sac divise la Lega
Actualisé

TessinLa taxe au sac divise la Lega

Le Tessin est un des derniers cantons à ne pas appliquer la taxe sur les sacs poubelles. Des membres de la Lega mettent les pieds au mur. Les citoyens trancheront par une votation.

Les Tessinois devront trancher pour la taxe au sac.

Les Tessinois devront trancher pour la taxe au sac.

Keystone/Archives/photo d'illustration

Au Tessin, la taxe au sac divise la Lega. Le projet de Claudio Zali, conseiller d'Etat léguiste en charge du territoire, suscite une levée de boucliers dans ses propres rangs. Les citoyens trancheront le 21 mai.

Le Tessin est un des derniers cantons à ne pas appliquer la taxe sur les sacs poubelles de façon systématique. Mais tous les habitants mettent la main au porte-monnaie, d'une manière ou d'une autre, pour le traitement des déchets. Les autorités ont estimé qu'une solution uniforme s'imposait.

En novembre 2016, par 46 oui contre 18 non et 15 abstentions, le Grand Conseil a approuvé une modification de loi introduisant la taxe au sac, de même qu'une taxe de base qui sera perçue par chaque commune du canton.

Tourisme des déchets

Actuellement, 49 communes tessinoises sur 115 (soit 50% de la population) prélèvent une taxe au sac et un forfait annuel. Le gouvernement souligne que tous les Tessinois payent déjà pour la collecte et le traitement des ordures; il ne s'agit pas d'instaurer une nouvelle taxe, mais d'unifier le système.

En outre, le Conseil d'Etat fait valoir qu'une solution homogène permet de mettre un terme au tourisme des déchets. Il s'est en effet avéré que des habitants peu scrupuleux se débarrassent de leurs déchets dans des communes qui n'appliquent pas la taxe au sac.

Mais des membres de la Lega n'accordent que peu de crédit aux explications de leur conseiller d'Etat. Ils craignent que cette taxe, «antisociale et redondante», ne pénalise surtout les classes moyennes et populaires. De plus, ils critiquent le fait que les quelque 60'000 frontaliers ne passent pas à la caisse alors qu'ils génèrent aussi des déchets.

Genève fait exception La taxe au sac a vu le jour en Suisse en 1975 déjà, St-Gall étant la première commune à l'introduire, sans attendre la législation fédérale. Alors qu'elle deviendra obligatoire dans le Valais romand dès le 1er janvier 2018 et en attendant le vote tessinois, seul Genève tourne encore le dos à un tel système. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion