Tourisme: La taxe de séjour est 8 fois plus élevée à Montreux qu’à Zoug

Publié

TourismeLa taxe de séjour est 8 fois plus élevée à Montreux qu’à Zoug

Une étude montre les différences marquées dans les communes de Suisse en termes de taxation des hôtes. Et les nouvelles règles tendent vers toujours plus d’opacité.

La taxe de séjour à Montreux est, avec celle de Saas-Fee, la plus chère de Suisse.

La taxe de séjour à Montreux est, avec celle de Saas-Fee, la plus chère de Suisse.

Chantal Dervey

Selon le dernier comparatif des taxes de séjour réalisé par comparis.ch, sur les 80 communes suisses enregistrant le plus grand nombre de nuitées, Zoug est la moins chère avec un prix de 90 centimes par jour et par personne. Il en coûte près de huit fois plus cher à Montreux (VD) et à Saas-Fee (VS) (7 francs chacune).

Les taxes de séjour sont également plus élevées que la moyenne à Loèche-les-Bains (VS) ainsi qu’à Saanen (BE), Davos et Klosters-Serneus (GR) et à Ollon (VD). «À l’exception de cas particuliers comme dans le canton de Zurich, le montant des taxes de séjour est généralement fixé par les communes. C’est aussi ce qui explique que dans un même canton, elles puissent être extrêmement élevées dans certaines localités, et étonnamment basses dans d’autres», explique Leo Hug, expert Taxes et prélèvements chez Comparis.

Source: comparis.ch

Payer pour des services inutilisés

«De plus en plus de communes sont enclines à l’opacité dans le recouvrement des taxes de séjour», déplore-t-il. Souvent, une carte d’hôte est fournie d’office avec le paiement de la taxe de séjour, grâce à laquelle les hôtes bénéficient d’un certain nombre d’avantages sur les offres touristiques. «En imposant la taxe de séjour, y compris la carte d’hôte, les personnes de passage, par exemple, paient des services qu’elles ne peuvent pas utiliser. L’intégration de la carte d’hôte dans la taxe de séjour fait de cette dernière une redevance opaque», poursuit l’expert.

La taxe de séjour est une contribution qui sert traditionnellement à financer l’offre touristique locale, et notamment les salaires de nombreuses personnes employées dans le secteur touristique.

Nouvelles pratiques

Au cours des dernières années, différentes destinations ont remplacé totalement ou partiellement la taxe de séjour par une taxe forfaitaire sur les résidences secondaires, une taxe forfaitaire de séjour sur la surface du logement ou une taxe calculée en fonction du nombre de lits, précise comparis.ch. Cette situation rend les comparaisons des taxes d’hébergement encore plus complexes. Ce principe de taxe forfaitaire visant l’hôtellerie et la para-hôtellerie équivaut à un impôt supplémentaire que les propriétaires d’appartements de vacances doivent payer en plus de la valeur locative et qui, pour les hôteliers, s’ajoute à l’impôt sur les bénéfices. Les hôteliers et les propriétaires d’appartements de vacances doivent veiller eux-mêmes à répercuter ces frais sur leur clientèle. En l’absence de règlement communal, les clients ne peuvent pas vérifier que la refacturation de la redevance est justifiée, avertit Comparis.

(Comm/jba)

Ton opinion

8 commentaires