18.06.2018 à 06:58

Football - Coupe du mondeLa «Technique du Coréen» appliquée au Mondial

Le sélectionneur de la Corée du Sud a tenté de tromper les observateurs adverses en jouant sur leur méconnaissance des fasciés asiatiques.

von
rca

«- C'est une plaie pour le boulot. Ils bossent 24h sur 24.

- Il doit dormir. Il est pas surhumain.

- Ils ont la technique. Un taxi, une plaque, un permis. Et deux chauffeurs.»

En 1998, Gérard Pirès, dans Taxi I (le seul, le vrai) avait fait évoquer dans son film la désormais célèbre «Technique du Coréen», pour permettre aux chauffeurs de se remplacer parce que, finalement, «qui fait la différence entre un Coréen et un Coréen?». Cette sortie, qui lui vaudrait sans doute vingt ans plus tard une volée de bois vert sur les réseaux sociaux et une bonne dizaine de plaintes de la part d'une litanie d'associations anti-racistes a pris un tout autre sens, dimanche, en Russie.

Car ce jour-là, en conférence de presse d'avant-match entre la Corée du Sud et la Suède, le sélectionneur coréen a fait une sortie pour le moins inattendue... Shin Tae-yong a, en effet, affirmé que ses joueurs avaient échangé leur maillot entre eux lors des séances d'entraînement et même lors des échauffements avant les matches amicaux de préparation, afin de tromper les observateurs adverses, à commencer par les Suédois qu'ils affrontent lundi.

«Tu as toujours envie de savoir ce que va faire ton adversaire, a-t-il dit dimanche. Je ne crois pas que ce soit une mauvaise chose. Nous devons savoir à qui nous avons à faire et c'est une partie de notre travail de faire ça. On a essayé de tromper les espions suédois, quand on a appris qu'ils en avaient envoyé pour nous superviser.»

Le coach suédois, Janne Andersson, a quant à lui pris ce tour de passe-passe avec philosophie: «Les tours de magie ne sont des tours de magie que s'ils sont surprenants.» Dix-huit des 23 joueurs du contingent sud-coréen évoluent en Asie. De quoi tromper les observateurs européens?

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!