Afghanistan: La terreur a rendu le scrutin difficile par endroits
Actualisé

AfghanistanLa terreur a rendu le scrutin difficile par endroits

Les élections présidentielle et provinciales de jeudi en Afghanistan ont été en général «bonnes et équitables».

Mais elles n'ont «pas été libres» dans tout le pays, a indiqué samedi le chef de la mission d'observation de l'Union européenne, Philippe Morillon.

«Les élections n'ont pas été libres dans certaines parties du pays en raison de la terreur en vigueur» dans ces régions, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Kaboul.

«Ce que nous avons observé en général a été jugé bon et équitable par nos observateurs, et avec notre méthodologie», a-t-il ajouté, en soulignant qu'il était encore trop tôt pour porter un jugement définitif sur ces élections.

(ats)

Doigts coupés

Une organisation qui a suivi le déroulement de la présidentielle de jeudi en Afghanistan a affirmé samedi que des talibans avaient coupé des doigts à deux électeurs dans le sud du pays.

Nader Nadery, de la Fondation des élections libres et équitables en Afghanistan, a déclaré que deux électeurs de la province de Kandahar avaient perdu un doigt. D'après lui, les doigts étaient tachés d'encre indélébile, une mesure anti-fraude mais qui permettait aux militants d'identifier les votants dans des régions dangereuses contrôlées par l'insurrection.

Des rumeurs selon lesquelles les talibans couperaient les doigts des électeurs s'étaient répandues avant le scrutin de jeudi. Un porte-parole des talibans avait cependant déclaré que les militants ne commettraient pas de tels actes.

Ces informations sont diffusées alors que la Commission européenne a salué les élections présidentielle et provinciales de jeudi en Afghanistan. Evoquant une «victoire pour la démocratie», elle a estimé que le comptage des bulletins de vote devait être conduit en toute transparence.

La commissaire européenne chargée des Relations extérieures Benita Ferrero-Waldner a estimé cette procédure nécessaire pour s'assurer que les candidats élus bénéficient d'un soutien public au cours de leur mandat.

L'Union européenne a envoyé en Afghanistan une mission d'observateurs dirigée par le Français Philippe Morillon, ancien commandant des forces de l'ONU pendant la guerre en Bosnie-Herzégovine.

Les élections afghanes ont été marquées par des violences, une faible participation, et des allégations de fraude. Les équipes de campagne du président sortant Hamid Karzaï et de son principal adversaire Abdullah Abdullah ont toutes deux affirmé être en tête vendredi, mais la Commission électorale les a exhortés à la patience, au lendemain d'un scrutin présidentiel qui a vu plusieurs millions d'électeurs braver la menace talibane pour se rendre aux urnes

Ton opinion