Procès à Vevey: La terreur des trains en larmes devant le juge
Actualisé

Procès à VeveyLa terreur des trains en larmes devant le juge

Une petite frappe a été confrontée au vieillard qu'il a failli tuer avec son complice.

par
reb

«J'avais pris la 1re classe pour être tranquille, raconte Charles*. J'ai eu tout faux.» Cet octogénaire s'est fait fracasser une bouteille sur la tête dans le train régional entre Lausanne et Clarens, à fin 2008.

L'un des ses deux agresseurs, Jérôme*, a été condamné mardi à dix-huit mois de prison avec un sursis et une mise à l'épreuve de cinq ans par le Tribunal de l'Est vaudois, ainsi qu'à 500 fr. d'amende. Il devra aussi s'acquitter des frais de justice de 7007 fr. Son acolyte, mineur, a déjà été jugé. Lors de l'agression, le duo cherchait des sous pour s'acheter de l'herbe. Il s'en était pris à Charles, 87 ans. Après que les jeunes avaient importuné le vieillard, le complice de Jérôme lui avait cassé une bouteille de vodka sur la tête. «A l'heure actuelle, Charles pourrait être dans une tombe», note la juge. «Ce que j'ai fait est ignoble», sanglote le jeune de 22 ans. Il est prêt à verser 1000 fr. pour s'excuser. «Je n'accepte rien, je veux juste que l'on me laisse en paix», lui rétorque Charles.

Les deux petites frappes n'en étaient pas à leur coup d'essai. Auparavant, ils avaient déjà agressé une personne pour quelques francs. Autre «exploit» dans un train: en été 2008, ils avaient relevé les plates-formes métalliques entre deux wagons pour échapper à un contrôleur.

*prénoms fictifs

Ton opinion